Gagnon, André

André Gagnon. Pianiste, compositeur, chef d'orchestre, arrangeur, acteur (Saint-Pacôme-de-Kamouraska, Québec, 2 août 1936). Premier prix harmonie (CMM) 1961. Très jeune, André Gagnon joua du piano et il composa de courtes pièces dès l'âge de six ans. Il prit des leçons d'écriture à Sainte-Anne-de-la-Pocatière avec Léon Destroismaisons (1952-1953, 1957), puis étudia notamment avec Germaine Malépart (piano), Clermont Pépin (composition) et Gilberte Martin (solfège) au Conservatoire de musique de Montréal (1957-1961). Parallèlement, il s'intéressa à la musique populaire. Boursier du gouvernement du Québec (1961), il étudia à Paris avec Yvonne Loriod et suivit aussi des cours d'accompagnement et de direction d'orchestre.

De retour au Canada (1962), Gagnon devint l'accompagnateur de Claude Léveillée, agissant comme directeur musical, arrangeur et interprète sur la plupart des enregistrements de Léveillée jusqu'en 1969. Il a accompagné également Jacques Blanchet, Pierre Calvé, Renée Claude, Claude Gauthier, Pauline Julien, Pierre Létourneau et Monique Leyrac. Pour cette dernière, il a fait les arrangements de plusieurs chansons. Il joua comme soliste avec orchestre lors d'un concert Mozart dirigé par Raymond Dessaints à la Place des Arts (PDA, 1967).

En 1969, André Gagnon mit fin à sa carrière d'accompagnateur pour se consacrer à celles de soliste, de compositeur et d'arrangeur, et se rendit à Londres, notamment pour enregistrer Mes quatre saisons dans le style de Vivaldi sur des thèmes extraits des chansons de Jean-Pierre Ferland, Félix Leclerc, Claude Léveillée et Gilles Vigneault. Gagnon représenta le Canada à l'Expo 70 à Osaka et fit la même année une tournée au Québec avec l'Orchestre symphonique de Québec. En 1972, il donna un concert de ses œuvres à la PDA avec l'Orchestre de chambre McGill. Il se produisit en France (1975, 1976) et au Mexique (1976) et son nom figura sur de nombreux palmarès. En 1978, il présenta un spectacle au Massey Hall de Toronto et à la PDA. Par la suite, il effectua une tournée au Québec et dans d'autres provinces, ainsi que dans 10 villes des États-Unis (1979). Au printemps 1981, Gagnon participa à une série de concerts avec l'Orchestre symphonique de Vancouver. Dans les années qui suivirent, il se produisit au Venezuela, au Mexique, en Roumanie et en Grèce. En 1983, il enregistra Impressions avec l'Orchestre philharmonique national de Londres et interpréta le Concerto no 22 de Mozart avec l'Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Charles Dutoit. Il retrouva Claude Léveillée à la PDA dans un spectacle de leurs anciens succès.

En 1986, après une tournée en Australie, Gagnon se produisit au Spectrum de Montréal puis participa à un concert symphonique à l'Ontario Place de Toronto. Suivirent des concerts à Ottawa et Québec. En 1989, il joua à Tokyo avec l'Orchestre symphonique de Tokyo sous la direction de Kazuyoshi Akiyama. Gagnon a gagné de nombreux adeptes au Japon, puis il a enregistré et lancé à nouveau beaucoup d'albums pour le marché japonais sous l'étiquette RCA Victor pendant les 15 années suivantes. Il fit d'abord une tournée dans ce pays en 1991 et y revint sept fois entre 1996 et 2003. Il enregistra son album Noël avec l'Orchestre philharmonique de Prague, en 1992, et collabora encore une fois, en 1994, avec l'Orchestre philharmonique national pour enregistrer Romantique.

Compositions et travail pour la télévision

Bon nombre des œuvres d'André Gagnon ont été jouées par des ensembles renommés. Tango a été enregistrée par le Quatuor à cordes Orford (Fanfare DFL-7008). « Rencontre est-ouest » sur des poèmes d'Albert Lozeau, commande de l'Ensemble vocal Tudor de Montréal, fut créée par ce dernier en 1984. Son opéra romantique Nelligan, livret de Michel Tremblay, fut présenté à l'Opéra de Montréal en 1990 et enregistré sur CD (2-Star AS-CD-1700). Gilles Ouellet termina plus tard une orchestration symphonique, et Nelligan fut joué de nouveau, en 1995, par l'OSM, sous la direction de Jacques Lacombe, à la Place des Arts.

À la télévision de la SRC, Gagnon fut animateur et accompagnateur à l'émission « Cri-Cri » (1962-1964) et directeur musical de « Moi et l'autre » (1966-1970). Il a composé la musique de plusieurs séries, dont « Vivre en ce pays » (1967-1971), « La Souris verte » (1967-1976), « Les Forges du Saint-Maurice » (1972-1975), « Techno-Flash » (1973-1977), « Des dames de coeur » (1987) et « Un Signe de feu » (1989). Il a composé la musique des ballets Mad Shadows (d'après le roman La Belle bête de Marie-Claire Blais), créé par le Ballet national du Canada à l'O'Keefe Centre de Toronto en 1977, et Adage, donné à la PDA par la Compagnie de danse Eddy Toussaint la même année. À titre d'invité, Gagnon figura dans plusieurs émissions de variétés à la télévision, y compris Zoom, Vedettes en direct et Dimanshowsoir. Il a également composé la musique de la 1983 version télévisée du film Kamouraska(1973), réalisé par Claude Jutra.

Cinéma

Gagnon composa les trames sonores des Jeux de la XXIe olympiade de 1976 (1977) pour l'Office national du film et pour le documentaire au réseau de télévision CBS Night Flight (1977). De nombreux longs métrages suivirent et il composa la musique de Running (1979), Phobia (1980), Kamouraska (1980), Hot Touch (1981), Tell Me That You Love Me (1982), The Pianist (1991), Naran (1995), Pour l'amour de Thomas (1994) et Le boulard (1995).

Style musical et prix

La musique d'André Gagnon n'est pas facile à classifier. Son panorama est vaste et elle propose d'audacieuses combinaisons d'éléments empruntés à la fois à la musique classique et à la musique pop. Les pastiches du baroque que sont Les Turluteries et Mes quatre saisons empruntent des formes et des styles à Vivaldi et Bach, mais il leur donne, en incorporant des matériaux mélodiques tirés des cultures populaires du Québec, un sens nouveau. Pour sa part, le Petit concerto pour Carignan et orchestre (1976, exécuté par le violoneux Jean Carignan et Yehudi Menuhin dans la série « L'Homme et la musique » télédiffusée à la SRC en 1979) établit une analogie piquante entre l'écriture pour violon des maîtres de l'époque baroque et le style instrumental de Carignan. D'autres œuvres de Gagnon saluent des compositeurs de jadis : Mozart dans Cher Amadeus et Chopin dans Pour endormir ma mère. Grâce à une plume alerte, un métier consommé et, de toute évidence, un cœur chaleureux (les pastiches ne sont pas des satires), et aussi sans prétention indue, Gagnon a créé avec ces œuvres des divertissements basés sur la réconciliation de styles musicaux qui ont été placés trop souvent dans des attitudes immuables d'exclusion mutuelle. Parallèlement, des titres comme Neiges, Smash, Chevauchée, Surprise, Donna et Mouvements lui ont également assuré un succès certain dans les genres disco et pop.

Gagnon a été nommé officier de l'Ordre du Canada en 1978. Ses disques Le Saint-Laurent, Virage à gauche, Impressions, Comme dans un film, Des dames de cœur, Noël, Romantique, Éden, Histoires rêvées et Piano solitude ont remporté les trophées Félix du microsillon instrumental de l'année à dix reprises de 1978 à 2003. D'autres prix Félix furent attribués pour Nelligan comme spectacle de l'année, en 1990, Juliette Pomerleau pour la meilleure trame sonore originale, en 1999, et Gagnon reçut un Félix à titre d'artiste québécois le plus célèbre à se distinguer à l'extérieur du Québec, en 1977 et en 1989. Il remporta un Juno pour Neiges, l'album le plus vendu au Canada, en 1977, et deux autres pour Le Saint-Laurent, en 1978, et Romantique, en 1997, comme artiste instrumental de l'année. Gagnon fut lauréat d'un Prix Gémeaux pour la trame sonore originale de Des dames de cœur, en 1988. La SOCAN lui décerna le William Harold Moon Award (1993), un prix en ondes pour Wow (1999), un prix classique de la SOCAN pour Dans ma Camaro (2004) et le Hagood Hardy Instrumental Award (2004).

Voir aussi l'Encyclopédie canadienne.

Discographie

André Gagnon - piano et orchestre : 1964; Col FS-325, (rebaptisé Encore) Harmonie KHF-90083.

Léveillée-Gagnon : Léveillée p; 1965; Col FS-631 et 2-Col GFS-90128.

Une voix, deux pianos : Léveillée p; 1966; Col FS-662 et 2-Col GFS-90128.

Pour les amants / Don't Ask Why : 1968; Col FS-680 / Col ELS-331.

Notre amour : 1969; Col FS-694.

Mes quatre saisons : O baroque de Londres, Snashell c orch; 1969; Col FS-712 et Col FS-90293.

Let It Be Me : 1971; Col ES-90034.

Les Grands succès d'André Gagnon : (1971); 2-Col GFS-90006.

Les Turluteries, d'après 11 chansons de La Bolduc : O phil de Hambourg, Snaschall c orch; 1972; Col FS-90096.

Projection : 1973; Col FS-90159.

Saga : 1974; Lon SP-44219.

Neiges : Carignan vn, Claude v; 1975; Lon SP-44252 et Star STR-CD-8005.

Le Saint-Laurent : 1977; Lon SP-44301 / STRCD-8034.

Mouvement : 1979; Lon SP-44311 / VICP-62217.

Virage à gauche / Left Turn : 1981; Col PFC-80052 / Col PCC-80051.

Grands succès : (1982); Col PCC-80070.

Impression : O national phil de Londres, Gamley c orch; 1983; Col PCC-80085 / STRCD-8035.

Comme dans un film : Boyd guit, Robbin mezzo, Hutchins fl, Petits chanteurs du Mont-Royal; 1986; CBS PFC-80116.

Des dames de coeur : 1988; Star STR-8010.

Noël : 1992; STRCD-8038 / VICP-62057.

Les jours tranquilles : 1993; STRCD-8040.

Presque bleu : 1993; STRCD-8039.

Romantique : 1994; STRCD8057.

Piano : 1995; STRCD-8067.

Twilight Time : 1996; STRCD8073.

(Musique) Coffret de collection : 1996; STRCD8081.

André Gagnon au Centre Molson : 1997; STRCD-8084.

Éden : 1997; STRCD-8096.

Juliette Pomerleau : 1999; VICP-62059.

Printemps : 1999; STRCD-8114.

Été : 1999; STRCD-8115.

Automne : 1999; STRCD-8116.

Hiver : 1999; STRCD-8117.

Histoires rêvées : 2001; STRCD-8130.

Piano solitude : 2003; STRCD-8138 VICP-62218.

Impressions vol. II : 2002; VICP-62058.

Opéra
Nelligan : 1990; livret de Michel Tremblay.

Bibliographie

Jane CHAMPAGNE, « André Gagnon : writing with a baroque flavour », CompCan, 64 (nov. 1971).

Katherine ROWCLIFFE, « A choreographer gambles with a composer », Fugue (fév. 1977).

Jane CHAMPAGNE, « Musical discipline : writing for the ballet », CompCan, 120 (av. 1977).

Pierre BEAULIEU, « André Gagnon : un spectacle qu'on écoute », La Presse (Montréal, 14 oct. 1978).

Lucie ROZON, André Gagnon (Montréal 1978).

Andrée LAURIER, « The turns and trends of a pianist's change in style », CompCan (fév. 1985).

Sylvain-Claude FILLION, « Moonstruck : SOCAN recognizes impressive international achievements of pianist/composer André Gagnon with the 1993 Wm Harold Moon Award », Worlds & Music, vol. 1/1 (janv. 1994).

Filmographie

La vie heureuse de Léopold Z : 1965.

Le viol d'une jeune fille douce : 1968.

Gina : 1975.

1976 Jeux de la XXIe olympiade de Montréal : 1977.

Night Flight : 1977.

Running : 1979.

L'homme à tout faire : 1980.

Phobia : 1980.

Hot touch : 1981.

Tell Me That You Love Me :1982.

Au clair de la lune : 1982.

Cudowne Dziecko : 1987.

The pianist : 1991.

Deux actrices : 1993.

La vie d'un héros : 1994.

Pour l'amour de Thomas : 1994.

Naran : 1995.

Le boulard : 1995.

Les guerriers : 2005.