On entend par assurance-chômage (renommée assurance-emploi en 1996) les prestations payées par le gouvernement durant une période de chômage. Au Canada, le système d'assurance-chômage est financé au moyen de primes versées par les employeurs et les employés, et de contributions du gouvernement fédéral. Dès 1919, la Commission royale sur les relations industrielles recommande un programme national d'assurance-chômage, mais quand le gouvernement de R.B. Bennett essaie de faire adopter la Loi sur l'emploi et la sécurité sociale en 1935, la Cour suprême du Canada et le Conseil privé de la Grande-Bretagne déclarent cette loi inconstitutionnelle pour entrave à l'autorité provinciale. Le premier programme national d'assurance-chômage obligatoire est institué en août 1940 (il entre en vigueur en juillet 1941) à la suite d'une modification de la Constitution qui donne au gouvernement fédéral le pouvoir de légiférer en matière d'assurance-chômage. Le taux de chômage ayant atteint un niveau de 20 p. 100 au Canada durant la Crise des années 30, il en précipite l'adoption, tout comme le fait l'effort de mobilisation lors de la Deuxième Guerre mondiale. Pour faciliter l'organisation de la main-d'oeuvre du temps de guerre, des bureaux d'emploi s'ouvrent dans tout le pays et administrent le système d'assurance-chômage.

Pour être admissible aux prestations, le requérant doit, selon le taux de chômage régional, démontrer qu'il a travaillé de 420 à 700 heures. Pour recevoir des prestations, il doit faire une demande attestant qu'il est sans travail, qu'il veut travailler et qu'il est inscrit au Centre de main-d'oeuvre du Canada. Après une période d'attente de deux semaines (pour les nouveaux bénéficiaires seulement), le requérant est admissible à recevoir 55 p.100 de la moyenne de ses gains hebdomadaires assurables jusqu'à concurrence, en 1997, de 413 $ par semaine. Le nombre de semaines pour lesquelles les prestations peuvent être réclamées varie selon la durée de l'emploi précédent, les réclamations antérieures d'assurance-emploi et le taux de chômage national et régional.

Le système d'assurance-emploi est un élément important des mesures économiques prises par le gouvernement. En principe, on s'entend pour dire qu'il a procuré aux Canadiens une meilleure sécurité du revenu. Toutefois, certains économistes craignent beaucoup que certains points spécifiques du système actuel risquent de créer du chômage. Par exemple, certains avancent que la période d'admissibilité relativement courte pourrait encourager certaines personnes à se joindre à la main-d'oeuvre, alors qu'elles choisiraient normalement de ne pas travailler en l'absence de la possibilité de percevoir aussi des prestations. On soutient également que le chômage est plus élevé qu'il ne devrait l'être pour les employés des industries saisonnières parce qu'il leur est peut-être plus facile d'obtenir des prestations que de chercher un autre emploi durant la saison morte.

Voir aussi Sécurité sociale; Partage des pouvoirs; Paiements de transfert.