Bataille de Saint-Charles

Le matin du 25 novembre 1837, 2 jours après la défaite de Francis Gore à la bataille de Saint-Denis et sa retraite sur Sorel, les troupes du colonel Wetherall (environ 350 soldats) quittent Saint-Hilaire et se dirigent vers le camp du manoir Debartzch et les retranchements environnants au sud du village de Saint-Charles. Le camp est alors défendu, entre autres, par quelque 100 hommes de la paroisse de Saint-Charles. En s'approchant, les soldats échangent des coups de feu avec de petits groupes de combattants.

Wetherall déploie ses hommes à une certaine distance des fortifications et leur ordonne de charger. Le combat est violent et inégal (les défenseurs sont au nombre de 60 à 80 tout au plus), fait de nombreuses victimes, particulièrement parmi les Patriotes, qui ne peuvent pas empêcher la prise des barricades et du manoir.

Alors qu'elles retournent vers Montréal en passant par Chambly, les troupes livrent bataille le 28 novembre (Pointe-Olivier, Saint-Mathias) mais la défaite des patriotes à Saint-Charles avait pratiquement permis à l'armée d'obtenir la maîtrise complète de la région du Richelieu.

Voir aussi Rébellions de 1837.