Cyclisme

La course cycliste comprend plusieurs types d'épreuves allant des sprints de courte distance sur la piste inclinée d'un vélodrome jusqu'aux courses sur route couvrant de 30 à 3000 km. Bien qu'on ne sache pas exactement à quel moment la première bicyclette a fait son apparition au Canada, le 6 mars 1869 le Globe de Toronto fait état du Grand Riding Academy où l'on peut s'initier à l'art du vélocipède. En 1876, A. T. Lane importe le premier bicycle. Le maire de Montréal en est si impressionné qu'il proclame une demi-journée de congé afin que les citoyens puissent voir Lane rouler dans les rues de la ville. Le Montreal Bicycle Club, premier du genre au Canada, est fondé la même année.

La Canadian Wheelmen's Association, qui deviendra plus tard la Canadian Cycling Association, est créée à St. Thomas (Ontario) en septembre 1882 pour protéger les droits des cyclistes, promouvoir le cyclisme et organiser les championnats. L'Association est un des membres fondateurs de l'Union cycliste internationale, organisme mondial auquel sont affiliées 132 associations. L'Association lance aussi une campagne pour améliorer l'état des routes, avec l'appui de diverses personnalités politiques, et produit une série de guides de voyage et de cartes routières, premières publications du genre au pays.

La bicyclette entraîne des changements significatifs dans les mœurs de l'époque : elle permet de couvrir de plus grandes distances, facilite les rencontres sociales, particulièrement dans les parcs et les lieux où les cyclistes se rassemblent, et donne aux femmes la possibilité de voyager sans chaperon. Avant tout une activité dominicale, la bicyclette suscite la colère de plusieurs ministres du culte qui la considèrent comme le passe-temps du diable, notamment pour ses effets désastreux sur les femmes. Ils sont aussi scandalisés par l'habillement pratique adopté par ces femmes audacieuses qui refusent de pédaler vêtues d'une robe volumineuse tombant à la cheville. En dépit du harcèlement incessant, les femmes continuent de faire de la bicyclette.

Dans les années 1880 et 1890, le cyclisme est en plein essor. Les courses sur pistes extérieures drainent de larges foules et plusieurs cyclistes commencent à se distinguer. La Dunlop Trophy Race, instituée en 1894, attirera les meilleurs cyclistes canadiens et américains au cours des 33 années suivantes. En 1899, les Championnats du monde ont lieu à Montréal et, en 1912, la première course des Six Jours se déroule au Gardens de Toronto. Dans les années 20 et 30, la course des Six Jours est un événement prisé par les promoteurs de toute l'Amérique du Nord. On offre des contrats lucratifs aux meilleurs cyclistes amateurs qui passent ainsi au rang de professionnels. W.J. Torchy PEDEN de Vancouver, le plus célèbre d'entre eux, a 38 victoires à son actif, un record qu'il maintiendra jusqu'au milieu des années 60.

Avec l'arrivée de l'automobile au début des années 1900, l'intérêt du public se détourne du cyclisme. L'assistance aux réunions de la Canadian Wheeler's Association est en baisse, tout comme le nombre des membres. L'enthousiasme généré par le cyclisme se porte désormais en grande partie sur la COURSE AUTOMOBILE, et les innovations apportées d'abord à la bicyclette se retrouvent sur les voitures. La popularité du cyclisme décline, bien que les Six Jours continuent d'attirer les concurrents et les foules.

Le cyclisme connaît un nouvel essor au cours des années 60. La course sur route, toujours très populaire au Québec, gagne encore en importance avec l'introduction de tours inspirés du Tour de France. En 1974, les Championnats mondiaux de cyclisme ont lieu pour la deuxième fois à Montréal. Les cyclistes (amateurs et professionnels) et les officiels y représentent plus de 1000 personnes. Dans les années 70, Jocelyn LOVELL de Toronto reste imbattable au Canada. Il remporte des médailles d'or aux Jeux du Commonwealth et aux Jeux panaméricains et une médaille d'argent aux Championnats du monde de 1978. Sa carrière prend fin de façon tragique en 1983 : une collision avec un camion (près de Toronto) le laisse complètement paralysé. Gordon Singleton de St. Catharines (Ontario) se révèle un sprinter de classe internationale en terminant deuxième aux Championnats du monde amateurs de 1979 et, chez les professionnels, il est aussi deuxième aux Championnats du monde de sprint en 1981. Chez les femmes, Karen Strong-Hearth de St. Catharines se distingue en remportant une médaille de bronze aux Championnats du monde de 1976 et en gagnant toutes les épreuves féminines au Championnat canadien de cyclisme, la même année.

Aux OLYMPIQUES de 1984, le cyclisme canadien prend sa place sur la scène internationale lorsque le Canada obtient 2 médailles d'argent. Curt Harnett de Thunder Bay (Ontario) remporte l'argent au 1000 m contre la montre et Stephen Bauer de Fenwick (Ontario) vient tout près de décrocher l'or dans le 190 km sur route. Par la suite, Bauer joint les rangs des professionnels et, un mois plus tard, il obtient la médaille de bronze aux Championnats du monde sur route, épreuve du 250 km.

Aux Jeux panaméricains de 1987 à Indianapolis (Indiana), les cyclistes canadiens remportent des médailles d'or, d'argent et de bronze. Curt Harnett de Thunder Bay, Ontario enlève l'or au km contre la montre et le bronze au sprint. Kelly-Ann Carter d'Edmonton gagne une médaille d'argent à la poursuite individuelle, tandis que Patrick Beauchemin de Montréal (poursuite individuelle) et Sara Neil de Vancouver (57 km sur route) reçoivent des médailles de bronze. Les cyclistes canadiens ont des performances décevantes aux Olympiques de 1988. En revanche, au Tour de France de la même année, Alex Steida remporte une des étapes du tour et Bauer arbore le maillot jaune du leader pour toute la première moitié du tour avant de se classer quatrième. Pendant ce temps, Harnett concentre ses efforts à l'épreuve du sprint et gagne une médaille de bronze aux Olympiques de Barcelone (1992).

Aux Olympiques d'Atlanta (1996), Harnett remporte une autre médaille de bronze au sprint. Brian Walton obtient une médaille d'argent lors de la course aux points, de même qu'Alison Sydor en vélo de montagne (nouvelle discipline), et Clara HUGHES se voit décerner des médailles de bronze à la course sur route et à la course individuelle contre la montre. Hughes a souffert d'une blessure en 2000 à Sydney et elle s'est classée sixième.

En 2004, Lori-Ann MUENZER a remporté la première médaille d'or du Canada aux Olympiques. Muenzer a accumulé 13 titres nationaux et 11 médailles à la Coupe du monde et est devenue le cycliste canadien le plus décoré.