Dinosaure

Le terme dinosaure (du gr. deinos sauros, « terrible lézard ») désigne un groupe taxonomique d'ANIMAUX qui inclut les Saurischiens (à bassin de reptile) et les Ornithischiens (à bassin d'oiseau), qui ont dominé la Terre au cours du Mésozoïque, il y a de cela 250 à 65 millions d'années. Les dinosaures proviennent de la même souche d'ancêtres que les Ptérosaures (REPTILES volants) et que les crocodiles, et sont presque certainement les ancêtres directs des OISEAUX.

Les Saurischiens peuvent à leur tour être divisés en deux groupes principaux : les Théropodes (pieds de bête) et les Sauropodomorphes (pieds de lézard). Les Théropodes, carnivores dominants du Mésozoïque, étaient bipèdes et comptaient quelques-uns des plus petits (p. ex. le genre Compsognathus, animaux de moins de 3 kg) et des plus grands dinosaures connus. On a trouvé en Alberta, en Saskatchewan, au Montana et dans le Dakota du Sud l'Albertosaurus et le Tyrannosaure, des genres typiques. Bien que la petite taille des cerveaux de dinosaures soit légendaire, certaines espèces de petits Théropodes avaient des cerveaux assez gros, comparables à ceux des MAMMIFÈRES primitifs.

Les Sauropodomorphes primitifs, comme le Plateosaurus du début du Mésozoïque, étaient plus communs en Europe et en Afrique, bien que l'on ait trouvé des empreintes de pas et des os isolés en Nouvelle-Écosse et en Nouvelle-Angleterre. Les mieux connus des Sauropodomorphes, mais non les plus grands, sont l'Apatosaurus ou Brontosaure et le Diplodocus. Deux espèces trouvées récemment, l'Ultrasaurus au Colorado et l'Argentinosaurus en Argentine pesaient peut-être plus de 50 t chacun. Les Sauropodomorphes étaient herbivores.

Ornithischiens

Les Ornithischiens, des herbivores, peuvent être divisés au moins en quatre sous-ordres : les Ornithopodes, les Stégosauriens, les Ankylosauriens et les Cératopsiens. Les Ornithopodes sont généralement considérés comme les moins spécialisés, et plusieurs pouvaient marcher sur leurs pattes arrière. On a trouvé des dinosaures « à bec de canard », ou Hadrosaures, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie. Environ la moitié des espèces connues ont été découvertes en Alberta. Des nids d'Hadrosaures ont été mis à jour en Alberta et au Montana, et certains contenaient des embryons.

Les Stégosaures avaient des plaques osseuses distinctives le long du dos. Elles servaient peut-être de protection contre les grands carnivores ou de régulateur de température corporelle, comme un radiateur. Les Stégosaures ont surtout été découverts dans les dépôts du Jurassique de l'Ouest des États-Unis.

Les Ankylosauriens étaient cuirassés. Ils étaient recouverts de milliers de plaques osseuses protectrices sur la tête et le corps, et même, chez certaines espèces, sur les paupières et les joues. Le Panoplosaurus, l'Euoplocephalus et l'Ankylosaurus se trouvaient dans l'Ouest canadien.

Les dinosaures cornus (Cératopsiens) formaient un des groupes les plus importants. En Alberta seulement, on en a trouvé plus de 10 genres, dont le Tricératops, le Centrosaurus et le Styracosaurus. Ils étaient pourvus de cornes sur le museau et au-dessus des yeux ainsi que d'une collerette autour du cou, qui présentaient une grande diversité de formes.

Apparition des dinosaures

Même les premiers dinosaures étaient probablement bien adaptés à leur environnement. Près de PARRSBORO, en Nouvelle-Écosse, se trouve un site où l'on a récemment trouvé des petits squelettes et des pistes de dinosaures primitifs. En 1986, on y a fait une découverte majeure en mettant à jour 100 000 mâchoires, crânes et dents fossilisés appartenant à de minuscules dinosaures, à des crocodiles, des LÉZARDS, des REQUINS et des POISSONS. C'est la découverte de vestiges du Trias et du Jurassique (il y a 250 à 144,2 millions d'années) la plus importante du monde.

Dès leur apparition, au début du Mésozoïque, les dinosaures évoluent en un grand nombre d'espèces et rivalisent si bien avec les Reptiles ressemblant aux Mammifères qu'ils deviennent les animaux terrestres dominants. Les Mammifères, quant à eux, ne seront nombreux que 150 millions d'années plus tard ou presque, soit après l'extinction des dinosaures.

Lignée controversée

Le succès des dinosaures est depuis longtemps une source d'étonnement. C'est seulement vers les années 70 que l'on a commencé à étudier sérieusement les raisons de ce succès. La recherche a pris une nouvelle orientation lorsque les scientifiques se sont rendu compte qu'il était peut-être plus approprié de comparer les dinosaures aux Mammifères et aux Oiseaux plutôt qu'aux Reptiles vivants. On ne s'entend toujours pas à savoir si les dinosaures étaient homéothermes (à sang chaud) ou non. Toutefois, d'après leur physiologie, leur écologie, leur comportement et autres adaptations, on s'entend généralement pour dire qu'ils n'étaient pas simplement d'énormes crocodiles. L'examen détaillé de leurs cellules osseuses démontre que leurs os sont beaucoup plus apparentés à ceux des Mammifères et des Oiseaux qu'à ceux des Reptiles vivants.

D'autres indices, comme la structure de leurs membres et des adaptations très perfectionnées de leurs systèmes alimentaire et respiratoire, ont été utilisés pour appuyer l'hypothèse que les dinosaures étaient homéothermes. La plupart des paléontologues croient cependant que de tels indices ne sont pas concluants.

Juvéniles

Malgré que les dinosaures aient présenté une très grande variété de tailles, la plupart des espèces pesaient plus de 100 kg à maturité. Parce qu'ils étaient ovipares, leurs bébés devaient être assez petits. On a trouvé des oeufs à plusieurs endroits dans le monde, mais c'est seulement en Alberta, au Montana, en Chine et en Mongolie que des oeufs contenant des embryons ont été découverts. Des oeufs de Sauropodomorphes mis à jour en France et en Mongolie ont moins de 20 cm de diamètre, et ceux de la majorité des autres dinosaures sont beaucoup plus petits. Un jeune Sauropodomorphe mesurait probablement moins de 2 m. Comme les dinosaures pouvaient croître toute leur vie, il est possible que les dimensions de ce jeune se soient multipliées par plus de 50 au cours de sa vie.

Les spécimens de bébés dinosaures sont rares. Ils n'ont peut-être jamais constitué une portion significative de la population ou, plus probablement, leurs prédateurs les avalaient tout rond. On trouve à l'occasion des ossements de bébés Hadrosaures et Cératopsiens en Alberta et on a aussi identifié des pistes de bébés Hadrosaures dans le canyon de la RIVIÈRE DE LA PAIX, en Colombie-Britannique. On a découvert un site exceptionnel au Montana, dans lequel environ 75 p. 100 des dinosaures étaient des juvéniles. Dans un seul des nids se trouvaient 18 bébés Hadrosaures. Puisqu'ils avaient éclos plusieurs mois avant leur mort, on présume que les juvéniles étaient grégaires et que les parents s'en occupaient.

Au cours de l'été 1987, on a découvert des nids d'Hadrosaures contenant des oeufs dans le Sud de l'Alberta. Ils se trouvaient dans des strates de roches apparentées à celles du Montana. Ces oeufs contenaient des embryons bien conservés. La portée globale de cette découverte doit être étudiée.

Anatomie

En raison de sa diversité, l'anatomie des dinosaures est depuis longtemps un sujet d'étude fascinant. Par exemple, les Hadrosaures naissaient avec une tête relativement plate, mais chez certains d'entre eux, tel le Lambeosaurus, une crête osseuse distinctive apparaissait sur la tête pendant leur croissance. La taille de la crête variait selon le sexe. Elle présentait une grande diversité de formes et de tailles, ce qui a fait l'objet de nombreuses spéculations depuis la toute première découverte d'une espèce à crête. Son rôle est lié au fait qu'elle atteignait son développement maximal à la maturité sexuelle.

Il semble que la crête était un peu plus qu'une structure de parade reconnue visuellement pour l'accouplement, la protection du territoire, la hiérarchie et autres comportements. À l'intérieur de la crête, se trouvait un espace relié aux conduits nasaux qui servait probablement de caisse de résonance. Comme chaque espèce avait une crête particulière, chacune produisait peut-être des sons distincts qui permettaient aux individus d'une même espèce de se reconnaître.

Écologie

Nos connaissances sur l'écologie de la faune et de la flore terrestres de la fin du Mésozoïque proviennent du PARC PROVINCIAL DINOSAUR, en Alberta, parce que l'on y a trouvé de nombreux spécimens et récolté d'autres données. De bien des façons, le monde des dinosaures n'était pas aussi exotique qu'on l'imagine généralement. Leur environnement ressemblait superficiellement à celui du Nord de la Floride.

Les INSECTES, les Poissons, les TORTUES, les lézards, les SERPENTS, les crocodiliens et d'autres animaux, qui surpassaient de beaucoup les dinosaures en nombre, n'étaient pas plus grands que les espèces actuelles qui leur sont apparentées et, dans bien des cas, étaient indifférenciables de celles-ci. À cette époque, il semble que les petits Mammifères, incluant des espèces apparentées à l'OPOSSUM moderne, se déplaçaient rapidement dans les sous-bois et que les Oiseaux occupaient plusieurs des niches qu'ils occupent actuellement.

Notre compréhension de l'écologie des Dinosauriens se précise constamment. Des spécimens fragmentaires dont on n'aurait pas tenu compte auparavant nous renseignent désormais sur des animaux jusqu'à maintenant inconnus. En Alberta, on a identifié des espèces qui n'étaient connues que de la Mongolie, et les scientifiques se rendent compte que plusieurs des différences entre les types d'Asie et d'Amérique du Nord sont liées à des environnements différents et non à la séparation géographique seulement.

Pistes

Il devient évident que les dinosaures avaient des comportements plus complexes que les Reptiles modernes, et les empreintes laissées par leurs pas sont particulièrement utiles pour comprendre leur comportement. Des pistes laissées dans le canyon de la rivière de la Paix par des Hadrosauriens nous montrent qu'ils formaient des troupeaux. Sur un des sites du canyon, on peut voir les pistes parallèles de 17 Hadrosaures marchant dans la même direction. À un certain endroit, quatre individus vinrent si près l'un de l'autre que lorsque l'un d'entre eux tituba, il heurta son voisin, ce qui entraîna une réaction en chaîne qui toucha les quatre individus. D'autres pistes dans le canyon laissent supposer que les juvéniles restaient ensemble après l'éclosion. Il est possible qu'ils ne rejoignaient les troupeaux d'individus plus âgés qu'après avoir atteint la moitié de leur taille adulte.

De récentes expéditions effectuées par le Dinosaur Project (voir ROYAL TYRRELL MUSEUM OF PALAEONTOLOGY), à Drumheller, par l'Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des Vertébrés, à Pékin (Chine) et par l'Ex Terra Foundation, à Edmonton, ont mené des travaux sur le terrain et des recherches en Alberta, en Arctique et en Chine pour découvrir des preuves de migrations intercontinentales des dinosaures. Le Dinosaur Project a monté une exposition itinérante internationale, présentée partout dans le monde.

Dépôts d'ossements

Les dépôts d'ossements sont des accumulations d'os provenant d'un grand nombre d'individus concentrés en un seul endroit par des processus naturels. Par exemple, une rivière en crue a pu emporter dans son flot les ossements d'animaux morts sur ses rives. Dans la plupart des cas, il est impossible de déterminer quel os appartient à quel animal, bien qu'il soit possible d'identifier les types d'animaux. Il existe probablement des milliers de dépôts d'ossements du Crétacé dans l'Ouest du Canada, et leur étude fournit des renseignements importants sur l'anatomie, l'écologie et le comportement des dinosaures. Une petite proportion de ces dépôts est dominée par quelques espèces de Cératopsiens (p. ex. Centrosaurus, Styracosaurus, Pachyrhinosaurus). Certains sites semblent témoigner de la mort massive de troupeaux, qui se serait produite sur une période d'au moins 10 millions d'années.

Extinction des dinosaures

Une des principales questions sur les dinosaures est la raison de leur extinction à la fin du Mésozoïque (il y a 65 millions d'années). Les dinosaures ne sont pas les seuls à avoir disparu à cette époque. En effet, certaines données laissent supposer que jusqu'à 75 p. 100 de toutes les espèces animales (INVERTÉBRÉS, AMPHIBIENS, Reptiles et Mammifères) auraient aussi disparu à la même époque. Les PLANTES, quant à elles, semblent avoir atteint le Cénozoïque (l'ère des Mammifères) sans trop de difficultés.

D'innombrables théories qui vont des changements climatiques et de l'effondrement des ÉCOSYSTÈMES à une collision entre la Terre et un astéroïde ont été avancées pour expliquer ces extinctions. Quoiqu'il en soit, la solution de l'énigme soulève deux questions cruciales. Ces extinctions ont-elles subites ou se sont-elles échelonnées sur plusieurs millions d'années? Ont-elles eu lieu partout dans le monde simultanément, sur terre et en mer? Les dinosaures survécurent-ils dans quelque partie du monde pendant des millions d'années après s'être éteints en Amérique du Nord?

Des paléontologues, des géologues, des physiciens et même des astronomes travaillent de concert pour répondre à ces questions. Quelle que soit la cause de l'extinction des dinosaures, il est étonnant que des animaux aussi diversifiés, adaptables et nombreux aient tous disparu. Tous, à l'exception de leurs descendants : les oiseaux.