Djanet Sears, née Janet, dramaturge, metteure en scène, productrice, actrice, enseignante (Londres, Angleterre, 1959). Djanet Sears immigre avec sa famille à Saskatoon (Sask.) en 1974 et déménage à Oakville (Ont.) l'année suivante. Elle obtient, en 1999, un baccalauréat ès arts spécialisé en théâtre de l'Université de York et poursuit des études au Centre canadien du film et à la NYU de New York. Dans les années 1980, alors qu'elle se pose des questions sur sa place au Canada en tant que membre d'une minorité visible et qu'elle est en quête de ses racines ancestrales, elle effectue un voyage en Afrique. C'est une expérience cathartique et, à son retour au Canada, elle compose Afrika Solo. Cette pièce lui apporte la reconnaissance nationale, et elle devient un paratonnerre et une force galvanisante pour le mouvement théâtral afro-canadien.

Influencée par les formes de narration épique de l'Afrique de l'Ouest, Sears développe un style de dramaturgie et de spectacle particulier qui appuie et met en valeur les éléments de son récit grâce à la technique chorale, aux rythmes, aux chants et au mouvement. Afrika Solo est créée en 1987. Enregistrée par la SRC en 1990, elle remporte, en 1991, la médaille d'argent de l'International Radio Festival of New York ainsi qu'un Major Armstrong Award pour excellence en dramatique radio. Sa publication en 1990 en fait la première pièce publiée par une Canadienne d'origine africaine.

Sears écrit les pièces Double Trouble (1988) et Who Killed Katie Smith? (publiée en 1994) avant de terminer ce qui va devenir son plus grand succès critique, Harlem Duet (1995). Conçue comme un antérieur d'Othello de Shakespeare et racontée du point de vue de la première femme d'Othello, l'Afro-Américaine Billie, elle est mise en scène par Sears, produite par le féministe Nightwood Theatre et présentée au Tarragon Theatre de Toronto en 1997. Elle est remontée la saison suivante au Canadian Stage, qui produit pour la première fois une pièce afro-canadienne. Harlem Duet remporte le prix littéraire du Gouverneur général (1998), quatre prix Dora Mavor Moore et le prix Floyd S. Chalmers (1998) de la meilleure nouvelle pièce. La pièce suivante de Sears, The Adventures of a Black Girl in Search of God (2002), une nouvelle de George Bernard Shaw revue sous un autre angle, est finaliste pour un prix Trillium en 2004.

En 1997, Sears joue un rôle de premier plan dans la création du premier festival de dramaturges canado-africains, qui rend hommage et célèbre les œuvres des artistes de théâtre noirs. En 1999, elle est l'un des membres fondateurs de la compagnie de théâtre Obsidian de Toronto, dont la vocation est de sensibiliser les Canadiens à la vie de la communauté canado-africaine. Sears édite également deux anthologies de théâtre canado-africain - Tellin' It like It Is: a Compendium of African Canadian Monologues for Actors (2000) et l'ouvrage en deux tomes Testifyin': Contemporary African Canadian Drama (2000, 2003).

En 2000, Sears devient professeure auxiliaire en théâtre à l'Université de Toronto où elle enseigne l'écriture dramatique. Elle est, en 2004, écrivaine résidente à l'université de Guelph. En reconnaissance de sa contribution à l'établissement du mouvement des arts noirs au Canada, elle reçoit en 2003 le Martin Luther King Jr Achievement Award. Parmi ses autres prix, mentionnons le Harry Jerome Award for Excellence in the Cultural Industries, en 1998, et le prix Timothy Findley du Festival de Stratford en 2004.

Pendant l'été 2006, Sears dirige la production de sa pièce Harlem Duet pour le Festival de Stratford. C'est un moment historique du Festival : la première pièce à être écrite et mise en scène par une Noire, et jouée entièrement par des acteurs noirs.