Edmonton

Edmonton. Capitale de l'Alberta, fondée en 1795. D'abord un poste de la Compagnie de la Baie d'Hudson, ce territoire fut colonisé à partir du milieu des années 1860. La population s'élevait approximativement à 2500 âmes en 1900 par suite de la ruée vers l'or du Klondike. Devenue ville en 1904, Edmonton fut faite capitale de l'Alberta quand cette province entra dans la Confédération canadienne en 1905. Avec une population de près de 605 000 âmes, Edmonton est devenue dans les années 1990 un centre commercial, administratif et éducatif. Ses principales industries sont celles du pétrole, de la conservation des viandes et des produits agricoles.

En 1880, la population d'Edmonton ne comptait que 275 habitants, dont la plupart desservait la grande population de Cris et de Pieds Noirs qui venaient échanger leurs fourrures et dont les tambours fournissaient l'arrière-plan nécessaire à leur travail. Les activités musicales avaient lieu principalement dans les églises ainsi qu'au cours de réunions sociales, comme des danses notamment. La musique qui y était jouée consistait d'anthems, de chants folkloriques et de chansons populaires des Îles britanniques. En 1879, John A. McDougall avait apporté à Edmonton, par char à boeufs, un orgue pour sa femme Louisa, et, en 1883, les quatre églises d'Edmonton possédaient également leur orgue.

Après qu'une voie de chemin de fer eût relié Edmonton et Calgary, en 1891, Edmonton fut visitée régulièrement par un nombre sans cesse croissant de compagnies de vaudeville et d'opérette en tournée. En 1892, Edmonton faisait vivre l'Edmonton Brass Band et l'Edmonton Fire Brigade Band. Dans la même année, on érigea une salle de concert, Robertson's Hall, où eurent lieu plusieurs événements théâtraux ou musicaux jusqu'à ce qu'il brûle, en 1906. En1892 également, A.G. Randall, un o. m. c. d'Angleterre, commença à travailler à l'église All Saints, créa subséquemment l'Edmonton Philharmonic Society (1894) et l'Apollo Glee Club (1898), qui ne survécurent pas longtemps. Parmi les premières célébrités à visiter la ville, on compte la soprano Emma Albani en 1901.

L'explosion démographique qui a marqué le tournant du siècle se traduisit par l'arrivée de musiciens dont l'un d'eux, Vernon Barford, était un Anglais venu en 1900 pour remplacer Randall à l'orgue de l'église anglicane All Saints. En 1904, Barford fonda l'Edmonton Choral Society et l'Edmonton Operatic and Dramatic Society, deux sociétés dont il fut aussi le dir. Cette dernière société présenta des opérettes comme The Chimes of Normandy ainsi que celles de Gilbert et Sullivan. En 1908, l'Edmonton Musical Club (aussi appelé Women's Musical Club) fut créé afin d'organiser des concerts et des conférences. L'un des premiers groupes permanents d'interprètes de la région d'Edmonton fut l'harmonie de la ville voisine, Strathcona, florissante en 1910. L'Edmonton Musicians' Assn fut fondée en 1907.

En 1914, le Musical Times écrivit que : « Edmonton, capitale de l'Alberta, est une belle ville enjambant les collines, mais on abuse ici de la musique. Le nombre de studios ouverts l'année dernière est totalement disproportionné à la demande. Aucun professeur de piano n'est retenu longtemps. Il semble y avoir plus d'ouvertures pour professeurs de chant qualifiés, car il y a, au Canada, autant de charlatans qui ruinent les voix que, toutes proportions gardées, dans les centres musicaux européens les plus sophistiqués. » Parmi les professeurs, interprètes et organisateurs dignes de confiance qui s'établirent à Edmonton figurent W.J. Hendra, qui arriva en 1906; Edgar Williams, en 1912 (Williams joua dans l'Orchestre symphonique d'Edmonton jusqu'en 1976); Mme J.J. Duggan (née Bessie Evans), en 1914; Arthur Putland, en 1918; Mme J.B. Carmichael, en 1919; et Jenny Lerouge LeSaunier, en 1922. En 1920, la station radiophonique CKUA fut inaugurée, Mme Duggan forma le Women's Musical Club Chorus, Herbert Wild fonda la Kiwanis Operatic Society et A. Weaver Winston dirigea le premier concert de l'OS d'Edmonton, le 14 novembre. Même si la crise entraîna la disparition de l'orchestre en 1932, elle n'empêcha pas la création, en 1935, de l'Edmonton Civic Opera sous la responsabilité de Mme Carmichael et, en 1936, de l'Elgar Ladies' Chorus sous la direction de Hendra. Durant la Deuxième Guerre mondiale, Abe Fratkin et Ranald Shean fondèrent l'Orchestre philharmonique d'Edmonton et, en 1947, Lee Hepner forma l'Edmonton Pops Orchestra. Ces ensembles fusionnèrent pour constituer l'OS d'Edmonton en 1952, année même où furent créées l'Edmonton Junior Symphony (Edmonton Youth Orchestra), sous la direction de Keith Bissell, et l'Edmonton Chamber Music Society. Harry Farmer fonda l'Edmonton Boys' Choir en 1958 et la Princess Patricia's Canadian Light Infantry Band demeura en poste à Edmonton de 1959 à 1968. En 1965, l'Alberta All-Girls Band fut fondée sous la direction de Bob Nagel.

Le Light Opera of Edmonton fut établi en 1950 sous la direction de H.G. Turner. En 1963, l'Edmonton Professional Opera Assn (Edmonton Opera Assn) fut organisée, avec Jean Létourneau comme premier dir. artistique. Le Women's Musical Club (1908-73) parraina des récitals (1922-28) à l'Empire Theatre, une salle de 1500 sièges, où il présenta notamment Vladimir Rosing, Florence Austral, Amelita Galli-Curci, Fritz Kreisler, Tito Schipa, Edward Johnson, Jascha Heifetz et Serge Rachmaninov. Après la Deuxième Guerre mondiale, alors que l'Empire Theatre n'était plus disponible, le club offrit des concerts à l'église McDougall puis, face à un auditoire grandissant, au Stock Sales Pavilion (« Cow Palace ») sur le terrain de l'exposition. Lily Pons, Jeanette MacDonald, Nelson Eddy, Jan Peerce, Marian Anderson et Victoria de los Angeles s'y produisirent. Le Cow Palace fut utilisé jusqu'en 1957, année de l'inauguration du Northern Alberta Jubilee Auditorium.

L'éducation musicale scolaire franchit une étape en 1912 lorsque J. Norman Eagleson fut nommé superviseur de l'enseignement musical. Keith Bissell succéda à Eagleson en 1949. L'Alberta College offrit des cours de musique dès son ouverture en 1903. L'Université de l'Alberta fut fondée trois ans plus tard mais ne créa son dépt de musique qu'en 1945, sous la direction de John Reymes King. Parmi les professeurs de l'université et de l'Alberta College, on compte Violet Archer, Arthur Crighton, Richard Eaton, Malcolm Forsyth, Sandra Munn, Thelma Johannes O'Neill, Robert Pounder, Manus Sasonkin, Alfred Strombergs et Bernard Turgeon.

L'Alberta Music Festival, festival-concours tenu pour la première fois le 5 mai 1908 à Edmonton, fut le premier du genre au Canada. C'est à la suite de la suggestion de George Bulyea, alors lieutenant-gouverneur de l'Alberta, que Vernon Barford et Howard Stutchbury (1874-1957) organisèrent et lancèrent cette manifestation, à laquelle ils convièrent deux juges de concours de Winnipeg qui, la première année, écoutèrent jouer 30 ensembles et plusieurs participants individuels. Le festival ne connut un réel succès qu'à sa quatrième année d'existence : il offrait alors 28 catégories d'inscriptions. Le festival mit l'accent sur le chant choral, et atteignit chaque année son point culminant avec un concert donné par un choeur regroupant environ 200 chanteurs et accompagné de 50 instrumentistes devant un auditoire de 2000 personnes.

Les ensembles chorals à Edmonton ont été notamment Les Chantamis, Da Camera Singers, Richard Eaton Singers, Edmonton Centennial Singers, Edmonton Columbian Girls Choir, Edmonton Male Chorus, Edmonton Welsh Male Chorus, Leo Greene Singers, Orpheus Male Voice Choir, Pro Coro Canada - une chorale de chambre professionnelle établie en 1980 par Michel Gervais - et Saint David's Welsh Male Voice Choir.

En juillet 1978, Edmonton fut l'hôte du festival des arts qui accompagna les 11e Jeux du Commonwealth. Proposé par Horst A. Schmid, alors ministre de la Culture de l'Alberta (voir Alberta Culture), le festival reçut des fonds de la Western Canada Lottery et fut organisé par Robert Dubberly. Il présenta des concerts et des expositions d'oeuvres canadiennes et étrangères. L'Assn des compositeurs de l'Alberta, fondée à Edmonton en 1977, y tint son premier festival en avril 1979.

Parmi les événements remarquables de la vie musicale de la ville d'Edmonton après 1980, il y eut la naissance d'un programme d'enseignement professionnel de musique de jazz et de théâtre musical au Grant MacEwan College, le très réussi TriBach Festival de mai 1985, à l'origine d'un programme pour les d'artistes invités à l'Université de l'Alberta, les efforts continus du Cosmopolitan Club sous la direction de Harry Pinchin, pour encourager la création musicale amateur, ainsi que des plans pour construire une nouvelle salle de concert dans le centre-ville, devant être terminée dans les années 1990. Edmonton est également le centre du Jazz City International Jazz Festival et de l'Edmonton Folk Music Festival.

Au nombre des musiciens nés à Edmonton, citons Agnes Butcher (Boucher), la compositrice Dorothy Cadzow, Eleanor Collins, Avrahm Galper, le pianiste Robert Gariépy, Betty-Jean Hagen, Lee Hepner, le guitariste Peter Higham, le violoniste Robert Klose, la harpiste Janice Lindskoog, Leslie Mann, Don McManus, Ron Park, la chanteuse Mona Paulee, le professeur et chef d'orchestre Albert Rodnunsky, Roy Royal, Bob Ruzicka, Daniel Scheidt, Ranald Shean et Bernard Turgeon. Parmi ceux qui grandirent ou vécurent à Edmonton figurent Tommy Banks, la violoniste Tamara Fahlman, Robert Goulet, John Hendrickson, Marek Jablonski et Ermanno Mauro.