Chaque province ou territoire du Canada a choisi ou reçu des emblèmes qui représentent la souveraineté et l’identité. Ces emblèmes sont les armoiries, les drapeaux, les emblèmes floraux des provinces, les animaux, les plantes, les minéraux et parfois les tartans. Par le symbolisme, ils expriment les caractéristiques d’une province ou territoire et ses habitants : l’histoire, la géographie, les ressources naturelles, la flore et la faune, les activités humaines, les valeurs et les aspirations. Bien que la description des armoiries en langage héraldique ne change jamais, le style et les proportions peuvent varier. Cela permet aux gouvernements de changer l’apparence de leurs armoiries de temps en temps, mais les éléments de base doivent toujours rester les mêmes.

Alberta

Armoiries

Les armoiries ont été octroyées en 1907, par le roi Édouard VII; augmentées du cimier, de la devise et des supports par la reine Élisabeth II en 1980; enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 2008.

Symbolisme

Écu — L'écu de l’Alberta reflète son agriculture et sa géographie : des champs de blé, des prairies vertes, des contreforts, des collines verdoyantes, et des montagnes enneigées sur fond de ciel bleu. Dans la partie supérieure, la croix rouge sur fond blanc représente Saint-Georges, le saint patron de l’Angleterre et les armoiries de la Compagnie de la Baie d’Hudson, qui administre à l’origine le territoire que constitue maintenant l’Alberta.

Cimier – Le castor fait référence à la traite des fourrures comme étant la première grande économie dans la région. La couronne représente le souverain, dont les fonctions royales en Alberta sont exercées par le lieutenant-gouverneur de la province.

Supports – Le lion est un symbole royal et l’antilope d’Amérique est indigène de l’Alberta. La rose sauvage représente l’emblème floral de la province.

Devise – Fortis et liber qui signifie latin « Fort et libre ».

Drapeau

Le drapeau de l’Alberta porte les armoiries de la province sur un champ bleu d’outremer; il a été proclamé officiellement en 1968; enregistré par l’Autorité héraldique du Canada en 2008.

Colombie-Britannique

Armoiries

Les armoiries et la devise de la Colombie-Britannique ont été octroyées par le roi Édouard VII en 1906; augmentées du cimier, des supports et de la terrasse par la reine Élisabeth II en 1987; enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 1990.

Symbolisme

Écu – Les bandes ondulées bleues et blanches symbolisent l’océan qui borde la côte ouest de la province. Le demi-soleil indique qu’elle est la province la plus occidentale du Canada, là où le soleil se couche. Le drapeau de l’Union royale (Union Jack), dans la portion supérieure, crée un lien avec l’Angleterre et la petite couronne au centre rappelle que la Colombie-Britannique était à l’origine une colonie de la Couronne.

Cimier – Le lion sur la couronne royale représente le cimier des armoiries du Royaume-Uni. Il se distingue par une guirlande de cornouiller de Nuttall, l’emblème floral de la province autour du cou du lion.

Supports – Le wapiti et le mouflon d’Amérique représentent les colonies de l’Île de Vancouver et de la Colombie-Britannique, et l’union des deux colonies en 1866. Ils se tiennent sur une branche de cornouiller de Nuttall.

Devise – « Splendor Sine Occasu », signifie en latin « Éclat sans ternissure », et réfère au soleil sur l’écu qui ne cesse jamais de briller même s’il se couche.

Drapeau

Autorisé par mandat royal en 1906; le drapeau a été adopté par décret provincial du lieutenant-gouverneur en conseil en 1960; enregistré par l’Autorité héraldique du Canada en 1990.


Île-du-Prince-Édouard

Armoiries


Les armoiries de l’Île-du-Prince-Édouard ainsi que sa devise ont été octroyées en 1905 par le roi Édouard VII. Elles ont été augmentées d’un cimier et de supports par la très honorable Adrienne Clarkson, gouverneure générale, enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada et proclamées par la province en 2002.

Symbolisme

Écu – Il est basé sur le premier sceau de la province, utilisé de 1769 jusqu’en 1815, qui contenait aussi la devise. Les chênes rappellent cette devise, le grand chêne représente la Grande-Bretagne et les trois chêneaux représentent la colonie. Le lion est inspiré des armoiries royales d’Angleterre et peut aussi faire allusion au Prince Édouard, duc de Kent, qui avait donné son nom à la province.

Cimier – Le geai bleu est un emblème officiel de l’Île. La feuille de chêne rouge dans son bec représente l’arbre emblématique de l’Île-du-Prince-Édouard. La couronne royale sur la tête de l’oiseau indique le statut de souveraineté partagée de la province au sein de la Confédération.

Supports – Les renards argentés soulignent l’importance de l’industrie de la fourrure d’élevage. Ils portent au cou un collier de fleurs de pomme de terre qui représente la principale activité agricole de l’Île et un collier fait de filet de pêche qui évoque l’industrie de la pêche. Les renards se tiennent sur un monticule herbeux orné de fleurs et de l’étoile mi’kmaq à huit branches. Cette étoile, rend hommage aux Mi’kmaqs comme étant les premiers habitants et se rapporte au soleil, symbole central de leur spiritualisé. Il souligne également leur artisanat, car il est fabriqué par de piquants de porc-épic tissés. La rose, le lis, le trèfle et le chardon symbolisent les colons anglais, français, irlandais et écossais. Le sabot de la Vierge est l’emblème floral de la province.

Devise – La devise de l’Île, Parva sub ingenti (du sceau de 1769) signifie en latin « Les grands protègent les petits » et est tirée du livre II des Géorgiques de Virgile.

Drapeau

Le drapeau a été approuvé par décret royal en 1905; les bordures rouges et blanches ont été ajoutées par la province en 1964.

Manitoba

Armoiries

Les armoiries du Manitoba ont été octroyées par le roi Édouard VII en 1905; augmentées du cimier, de la devise et des supports par le très honorable gouverneur général, Ramon Hnatyshyn, en 1992; proclamées par la province et enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 1992.

Symbolisme

Écu – La conception est basée sur le grand sceau du Manitoba en 1870. Le bison représente les peuples autochtones, tels que les Assiniboines et les Cris. En effet, leur nourriture et leurs vêtements proviennent de cet animal. Dans la partie supérieure, la croix rouge sur fond blanc réfère à Saint-Georges, le saint patron de l’Angleterre et aux armoiries de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui administre à l’origine le territoire que constitue maintenant le Manitoba.

Cimier – Le castor représente les richesses naturelles de la région du Manitoba et le commerce des fourrures, la première grande économie de la province. La couronne royale sur le dos du castor symbolise la monarchie constitutionnelle et le crocus des prairies dans sa patte, l’emblème floral de la province.

Supports – La licorne représente les premiers colons écossais de la province. Son collier, une couronne faite de blocs de pierre appelée couronne murale, symbolise la position du Manitoba comme la « pierre angulaire » dans le centre du pays. Son collier fait allusion aux pierres de Fort Garry, fort de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Les feuilles d’érable symbolisent le Canada. La roue de charrette de la rivière Rouge représente une forme primitive de transport. Le cheval est un animal indispensable tant pour les Premières nations et les Métis que pour les colons européens. Son collier de perles des Indiens des Prairies et le médaillon du cycle de la vie représentent les peuples autochtones. L’eau sous la terrasse représente les rivières et les lacs ainsi que les origines du nom de la province, dérivé du nom de l’esprit de Cris, Manitou. Le champ de céréales reflète le sud agricole; la forêt, le nord. Le crocus des prairies est l’emblème floral de la province.

Devise – Glorious et liber, signifie en latin « Glorieux et libre », dérive de « Ô Canada » et évoque l’héritage démocratique des Manitobains.

Drapeau

Le drapeau de la province du Manitoba est constitué du Red Ensign et de l'écu provincial. Il a fait l’objet d’une proclamation officielle en 1966.

Nouveau-Brunswick

Armoiries

Les armoiries du Nouveau-Brunswick ont été accordées par décret de la reine Victoria en 1868. Sa Majesté la reine Élisabeth II a octroyé par décret le cimier, les supports, la terrasse et confirmé la devise. Enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 1989.

Symbolisme

Écu – L’eau et le bateau se rapportent à l’industrie maritime. Le lion est emprunté aux armoires d’Angleterre.

Cimier – Le saumon, une ressource provinciale, saute hors d’une couronne de feuilles d’érable représentant le Canada et soutient la couronne, symbole d’une monarchie constitutionnelle.

Supports – Les cerfs de Virginie constituent une espèce indigène de la province. Chacun d’eux est muni d’une ceinture de wampum malécite (perlage) honorant les Malécites. Ils portent en sautoir les écus de l’Angleterre et de la France pour souligner la double origine de la province. La violette cucullée qui représente l’emblème floral de la province, pousse sur la terrasse avec des crosses de fougères (têtes de violon) qui sont bien connues dans la province.

Devise – Spem reduxit signifie en Latin « L’espoir renaît. »

Drapeau

Approuvé par décret royal en 1868; par proclamation provinciale en 1963.

Nouvelle-Écosse

Armoiries

Les armoiries de la province de la Nouvelle-Écosse dont on connaît l’existence en 1625; sont rétablies par décret de Sa Majesté le roi George V en 1929 pour remplacer celles accordées par la reine Victoria en 1868; enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 2007.

Symbolisme

Écu – L'écu royal de l’Écosse figure au centre du drapeau national e l’Écosse dont les couleurs son inversées (la croix, à l’origine blanche sur fond bleu, est ici bleue sur fond blanc) symbolisant les origines de la Nouvelle-Écosse comme colonie écossaise.

Cimier – Les deux mains, dont l’une est vêtue d’un gantelet, avec la branche de laurier et le chardon, représentent les peuples de l’Écosse et de la Nouvelle-Écosse (nouvelle Écosse) qui se réunissent de manière pacifique comme protecteurs et bâtisseurs de la province.

Support et tenant – La licorne, portant la couronne de l’Écosse, témoigne du soutien du roi à sa colonie, qui fait légalement partie de l’Écosse. L’Autochtone porte une coiffe de plumes et un kilt typique de l’héraldique du 17e siècle. Les deux se tiennent sur une terrasse où la fleur provinciale, la fleur de mai, est entrelacée avec le chardon.

Devise – Munit haec et altera vincit signifie en latin « L’un défend, l’autre conquiert. » Le premier fait référence à l’Écosse et le deuxième à la Nouvelle-Écosse.

Drapeau

Le drapeau de la Nouvelle-Écosse a été octroyé par décret royal en 1929; enregistré par l’Autorité héraldique du Canada en 2007.

Nunavut

Armoiries

Les armoiries ont été octroyées par le très honorable Roméo LeBlanc, gouverneur général, et enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 1999.

Symbolisme

Écu – les couleurs bleu et or symbolisent les richesses de la terre, de la mer et du ciel; l’inuksuk représente les monuments de pierre qui guident les voyageurs terrestres et marquent des lieux sacrés et d’autres sites remarquables; le qulliq, ou lampe de pierre inuite, représente la lumière et la chaleur associées à la famille et à la communauté; les cinq cercles dorés évoquent les propriétés vivifiantes du soleil; et l’étoile Polaire (« Niqirtsuituq ») sert traditionnellement de guide aux navigateurs et symbolise le leadership des aînés.

Cimier – L’iglou représente la vie traditionnelle et un moyen de survie. Il symbolise aussi l’Assemblée législative travaillant pour l’avancement du Nunavut. La couronne royale fait référence au gouvernement populaire et à l’égalité de statut avec les autres provinces et territoires canadiens.

Supports – Le tuktu (caribou) et le qilalugaq tugaalik (narval) représentent les animaux terrestres et marins qui font partie de la subsistance et de l’héritage naturel du Nunavut. Ils reposent sur une terrasse composée de terre et de mer et qui présente trois variétés de fleurs sauvages de l’Arctique.

Devise — Nunavut Sanginivut (Nunavut notre force)

Drapeau

Accordé avec les armoiries, le drapeau du Nunavut arbore les couleurs (bleu et or), l’inukshuk et l’étoile Polaire que l’on retrouve tous sur les armoiries. Le rouge représente le Canada.

Ontario

Armoiries

Les armoiries ont été octroyées par la reine Victoria en 1868. Le cimier, les supports et la devise ont été accordés par le roi Édouard VII en 1909.

Symbolisme

Écu – La feuille d’érable a été un emblème important de la province depuis le début du 19e siècle. La croix de Saint-Georges indique le patrimoine de l’Angleterre.

Cimier – L’ours noir est répandu dans toute la province. Le cimier ne repose sur aucun casque. Il a été omis dans le dessin original accompagnant l’octroi, sans doute par erreur.

Supports — L’orignal et le cerf de Virginie sont des animaux provinciaux.

Devise – Ut incepit fidelis sic permanent, signifie en latin « Fidèle elle a commencé, fidèle elle demeure » et fait référence aux origines loyalistes de la province.

Drapeau

Le Red Ensign avec l'écu provincial a été adopté par la législature provinciale en 1965.

Québec

Armoiries

Autorisées par décret provincial en 1939 en remplacement des armoiries octroyées par Sa Majesté la reine Victoria en 1868, qui avaient deux fleurs de lis bleues sur champ d’or.

Symbolisme

Écu – Les trois fleurs de lis dorés sur champ d’azur proviennent des armoiries royales de France. Le lion d’or est inspiré des armoiries d’Angleterre. La feuille d’érable a été un emblème important de la province depuis le début du 19e siècle.

Couronne – La couronne royale symbolise une monarchie constitutionnelle.

Devise – « Je me souviens » a été ajoutée par l’architecte Eugène-Étienne Taché en 1883. C’est une invitation aux Québécois à se souvenir de leur histoire et de leur patrimoine.

Drapeau

Le drapeau du Québec est adopté par la législature de la province en 1950. La croix blanche sur un champ d’azur rappelle une ancienne bannière de la marine marchande française à l’époque de la Nouvelle-France et quatre fleurs de lis ont été ajoutées.

Saskatchewan

Armoiries

Les armoiries ont été accordées par le roi Édouard VII en 1906; le cimier, les supports et la devise par la reine Élisabeth II en 1986; enregistrées par l’Autorité héraldique du Canada en 1995.

Symbolisme

Écu – Le lion est un symbole royal et le blé est la principale production agricole. Le jaune symbolise le blé, le vert les forêts et l’herbe, et le rouge les feux de prairie et le lis rouge orangé est l’emblème floral de la province.

Cimier – La couronne royale symbolise le souverain et le statut de la Saskatchewan au sein de la Confédération. Le castor fait référence au Nord canadien, au commerce des fourrures et aux Autochtones de la province. Il tient dans sa patte une fleur de lis rouge orangé.

Supports – Le lion est une autre référence au souverain. Le cerf de Virginie est un emblème de la province. Leurs colliers de perles des Indiens des Prairies honorent les habitants autochtones et les pendentifs sont en forme d’étoile qui rappelle celle de l’Ordre du Mérite de la Saskatchewan, créé en 1985 pour souligner l’excellence et les réalisations exceptionnelles dans la province. Sur le pendentif que porte le lion apparaît une feuille d’érable, emblème du Canada. Un lis rouge orangé orne le pendentif du cerf de Virginie et forme une guirlande qui décore la devise.

Devise – Multis e gentibus vires, qui signifie en latin « Nos peuples, notre force », reflète la diversité ethnique de la population de la Saskatchewan.

Drapeau

Le drapeau de la Saskatchewan est officiellement proclamé en 1969. Le vert représente les forêts du nord de la province, tandis que le jaune symbolise les champs de céréales. Le drapeau porte aussi les armoiries et la fleur emblématique de la province.

Terre-Neuve et Labrador

Armoiries

Les armoiries de la Province de Terre-Neuve-et-Labrador ont été octroyées par le roi Charles 1er en 1637.

Symbolisme

Écu – Les couleurs du drapeau de Saint-Georges, à l’origine une croix rouge sur fond blanc sont inversées pour marquer une alliance en rendant les armoiries distinctives. Le lion et les licornes sont inspirés des armoiries royales de l’Angleterre.

Cimier – Le décret du roi Charles Ier, le cimier est décrit comme un wapiti, bien que les cornes ne correspondent pas à celles du vrai animal. Mais comme il n’habite pas Terre-Neuve, plusieurs croient que l’on avait plutôt voulu illustrer un caribou.

Tenants – Deux Béothuks, représentant les premiers habitants, sont vêtus de leur costume de guerre, équipés d’un arc et de flèches et portent une armure fabriquée de bâtons de bois.

Devise – Quaerite prime regnum dei signifie en latin « Cherchez d’abord le royaume de Dieu » de l’Évangile de Saint-Mathieu.

Drapeau

Le drapeau de Terre-Neuve-et-Labrador a été conçu par l’artiste Christopher Pratt et adopté par la législature provinciale en 1980. Il abonde en symbolisme : la couleur bleue symbolise la mer, le blanc (la neige et la glace), le rouge (la lutte courageuse) et la couleur or (la confiance que les gens ont en eux-mêmes et en leur avenir). Les quatre triangles bleus représentent un hommage à l’Union Jack et l’héritage britannique. Les triangles rouges représentent le Labrador et l’île de Terre-Neuve. La flèche dorée montre un avenir meilleur et le rend hommage aux sacrifices militaires. La flèche et les deux triangles rouges forment un trident (symbole des divinités de la mer) représentant les ressources de la mer.

Territoires du Nord-Ouest

Armoiries

Elles ont été octroyées par la reine Élisabeth II en 1956.

Symbolisme

Écu – La ligne ondulée suit la limite de la zone arborée qui divise la toundra du Nord (rouge) et les forêts du sud (vert). La tête de renard arctique représente le commerce de la fourrure et les rectangles d’or, les richesses minérales. Le tiers supérieur blanc de l’écu représente la calotte glaciaire arctique. La bande bleue ondulée symbolise le passage du Nord-Ouest et rend hommage au navire Saint-Roch de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), le premier navire à naviguer le passage d’ouest en est en 1940.

Cimier – Il est constitué de la rose des vents qui représente la navigation et le pôle magnétique. Les narvals ou licornes de mer sont les gardiens du Nord canadien.

Drapeau

Le drapeau des Territoires du Nord-Ouest a été adopté par le Conseil du Territoire en 1969.

Le carré blanc (appelé « pal canadien » en héraldique) affiche l'écu des armoiries.

Yukon

Armoiries

Elles ont été approuvées par la reine Élisabeth II en 1956.

Symbolisme

Écu – Les bandes verticales ondulées bleues et blanches représentent le fleuve Yukon qui a donné son nom au territoire. Les deux pyramides rouges où l’on voit des disques dorés représentent les montagnes où l’on a découvert des pépites d’or et réfèrent à la ruée vers l’or du Klondike. Avec humour, le concepteur Alan Beddoe a exprimé cette idée qu’« Il y a de l’or dans ces montagnes ». La croix de Saint-Georges, qui occupe la partie supérieure de l’écu, comporte au centre un médaillon avec un motif bleu et blanc qui est la représentation héraldique de la fourrure (vair). Il réfère au fait que la région a d’abord été découverte par les marchants de fourrure travaillant pour la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Cimier – Le chien husky se tient sur un monticule de neige. Ce chien de traîneau, pendant de nombreuses années, représente un moyen efficace d’assurer le transport en hiver et dans les endroits difficiles d’accès.

Drapeau

Le drapeau du Yukon a été adopté par le Conseil du territoire du Yukon en 1967. En dessous des armoiries du Yukon se trouve une gerbe d’épilobe à feuilles étroites, l’emblème floral du territoire.