Officier de l’Ordre du Canada, grand officier de l’Ordre national du Québec, auteur-compositeur-interprète, poète, romancier, dramaturge, acteur, et homme de radio et de télévision (né le 2 août 1914 à La Tuque, Québec; mort le 8 août 1988 à l’Ȋle d'Orléans, Québec), Félix Leclerc est un artiste militant, dont l’activité dans plusieurs domaines marque un tournant majeur dans la culture québécoise. Poète et dramaturge, il est l’un des géants de la littérature québécoise. Il est également une immense vedette de la chanson au Canada et en Europe, en particulier en France. Influençant fortement l’évolution de la chanson québécoise, il ouvre la voie au mouvement des chansonniers populaires au Québec et en France. Ardent défenseur du nationalisme québécois, il exacerbe le sentiment collectif identitaire du peuple québécois. Parmi ses chansons les plus populaires, figurent entre autres Notre sentier, Moi, mes souliers, Bozo et Le tour de l’île. Il se voit décerner par l’Académie Charles-Cros à Paris trois Grand prix du disque, le Prix de musique Calixa-Lavallée, le Prix Denise-Pelletier par le Gouvernement du Québec et le Diplôme d'honneur par la Conférence canadienne des arts. Il est nommé Officier de l’Ordre du Canada, grand officier de l’Ordre national du Québec et chevalier de la Légion d'honneur en France.

Jeunesse

Félix Leclerc est le 6e des 11 enfants d’un négociant en bois d’œuvre et en grains. Tous les membres de la famille chantent et jouent de divers instruments. À l’âge de huit ans, Félix Leclerc découvre la musique de Mozart et de Schubert que sa sœur aînée apprend à jouer au piano. Il entame son parcours académique à 18 ans à l’Université d’Ottawa, où il écrit sa première chanson, Notre sentier. Contraint d’abandonner ses études en 1933 en raison de la Grande Dépression, il part travailler comme ouvrier agricole à Sainte-Marthe-du-Cap, près de Trois-Rivières, cette expérience lui inspirant plusieurs de ses chansons.

Après avoir occupé divers emplois, dont celui d’embaumeur adjoint, il devient présentateur et scénariste à la radio CHRC, à Québec (1934–1937) et, en 1937, à CHLN, à Trois-Rivières. Durant ses trois années passées à Québec, il suit quelques cours de guitare qui lui sont dispensés par Victor Angelillo et Bill Harris, deux collègues de CHRC. Il semble qu’il aurait aussi reçu des conseils de la part de Thomas-Wilfrid Gagnon, un musicien qui lui vend, à Québec, vers l’année 1934, sa première guitare (aujourd’hui conservée au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges). John Harry Ormsby, un professeur d’anglais particulier qui encourage l’amour de Félix Leclerc pour le Québec et le pousse à créer des œuvres originales, marquera également le jeune artiste.

Radio, télévision, rôles et écriture

En 1939, Félix Leclerc entre à Radio-Canada à Montréal comme scénariste. Plusieurs des feuilletons radiophoniques qu’il écrit sont très populaires, notamment Le Restaurant d'en face (dans lequel on entend sa chanson Notre sentier), Je me souviens (pour lequel Hector Gratton compose la musique de scène), L'Encan des rêves et Théâtre dans ma guitare. À la même époque, Félix Leclerc joue dans les séries dramatiques de Radio-Canada Un Homme et son péché de Claude-Henri Grignon et Vie de famille de Henry Deyglun. Il monte également sur scène avec la troupe d’Émile Legault, les Compagnons de Saint-Laurent (1942–1945).

Les transcriptions radiophoniques de Félix Leclerc retiennent l’attention de l’écrivain et cinéaste Albert Tessier, qui encourage leur publication. Celles-ci paraissent sous forme de recueils intitulés Adagio (histoires), Allegro (fables) et Andante (poèmes) et se vendent bien. En 1948, les pièces Le P'tit Bonheur et La P'tite Misère, écrites par Félix Leclerc, sont présentées à Montréal et à travers le Québecpar la troupe de théâtre VLM, que ce dernier vient de fonder avec ses amis Guy Mauffette et Yves Vien. La même année, la pièce intitulée La Caverne des splendeurs vaut à Félix Leclerc, son auteur, le premier prix lors d’un concours de pièces de théâtre à un acte organisé par la société Les Amis de l'art. Certaines des chansons de ses chansons dont Le P'tit Bonheur, servent d’interludes entre les scènes. Plusieurs autres chansons de Félix Leclerc, telles Hymne au printemps, Le Train du Nord et Bozo, deviennent populaires au Québec à la fin des années 1940, notamment grâce à l’émission qu’il anime à Radio-Canada, Félix Leclerc et ses chansons.

Succès à Paris

En 1950, la carrière de Félix Leclerc chansonnier devient internationale. Jacques Canetti, un impresario influent de Paris, directeur artistique de la maison de disques Philips, entend Félix Leclerc chanter sur scène à Montréal et lui propose immédiatement un contrat à Paris. Ce dernier y fait ses débuts en décembre 1950 à l’ABC, un grand cabaret parisien, partageant l’affiche avec les Compagnons de la chanson et Édith Piaf. Après le succès de ses débuts à Paris, il enregistre ses premiers disques et part en tournée à travers la France, la Belgique et la Suisse. Vêtu d’une chemise de bucheron à carreaux et s’accompagnant lui-même à la guitare, il interprète ses chansons truculentes avec une solide voix de baryton et devient vite une grande vedette. En février 1951, il est récompensé du Grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros à Paris pour sa chanson Moi, mes souliers. Sur les affiches, apparaît sous son nom en gros caractères la mention « le Canadien ».

Carrière au Canada

Par la suite, Félix Leclerc partage son temps entre l’Europe et le Canada. En France, sa participation à de grandes émissions de radio, ses apparitions dans les théâtres de variétés et les boîtes à chansons les plus réputés (p. ex. les Trois-Baudets et Bobino) et ses nombreuses tournées font de lui une super vedette.

De retour à Montréal en 1953 pour participer aux Festivals de Montréal, Félix Leclerc est accueilli comme un héros. Plus tard, sa carrière l’oblige à rester durant de longues périodes en Europe. Au Canada, on peut citer parmi ses principales apparitions sur scène : sa tournée dans l’Ouest en 1965, ses concerts à la Place des Arts de Montréal, en 1967, au théâtre Le Patriote à Montréal, en 1966, 1970, 1972, 1975 et 1976, et ses spectacles au Centre national des Arts à Ottawa, en 1971. Il effectue des tournées en France, en Belgique et en Suisse, en 1973, et à nouveau en France, en 1975 et en 1977. Il reçoit un autre Grand Prix du disque en 1958 pour son album Félix Leclerc et sa guitare, puis encore un autre en 1973 pour l’ensemble de son œuvre. Son plus grand triomphe au Québec demeure sans doute son apparition sur scène avec Gilles Vigneault et Robert Charlebois lors de la Superfrancofête, à Québec, en 1974.

Félix Leclerc joue également dans des films, tels Les Brûlés (1959), Félix Leclerc, troubadour (1959), de Claude Jutra, La Vie (1967), C'est la première fois que j'la chante (1988) et Pieds nus dans l'aube (1994).

Nationalisme

Même s’il n’est directement associé à aucun parti politique, Félix Leclerc est enthousiaste à l’idée de se dévouer pour la cause émergente de l’indépendance du Québec. Il transparaît clairement dans la préface de sa pièce L'Auberge des morts subites, écrite en 1962, qu’il adhère aux idéaux du patriotisme canadien-français avant même que n’éclate la Révolution tranquille. Du milieu des années 1950 à la fin des années 1960, plusieurs de ses chansons (Tirelou, Tu te lèveras tôt, Les Rogations, Le père, Richesses) laissent entrevoir une radicalisation de ses opinions politiques.

En 1970, cet éternel « fruste paysan » commence à user de sa franchise naturelle en public et proteste en utilisant l’humour caustique comme arme principale. Dans la chanson L'Alouette en colère, qu’il écrit après la Crise d’octobre 1970, Félix Leclerc expose sa vision d’un Québec qui a été pillé et spolié. Ce point de vue est également exprimé dans ses trois derniers albums, L'Alouette en colère (1972), Le Tour de l'Île (1975), et Mon fils (1978).

Félix Leclerc donne son dernier concert en public en 1979. Il fait de rares apparitions et continue à publier à partir de sa retraite située sur l’Ȋle d'Orléans. Il participe au premier gala de l’ADISQ (1979) qui utilise son nom pour nommer les prix récompensant chaque année les meilleurs artistes du disque et de la scène du Québec (voir prix Félix). En 1983, Félix Leclerc est invité à l’émission « Station soleil » sur la chaîne de télévision Radio-Québec. L’émission de télévision « Rêves à vendre » (1984) sur Radio-Canada, animée par Jean-Pierre Ferland, lui est dédiée. L’album qu’enregistre Johanne Blouin quelques mois avant la mort de l’artiste, contenant dix de ses chansons et intitulé Merci Félix, est un véritable succès. Félix Leclerc est également l’auteur de deux livres : Rêves à vendre (1984) et Derniers calepins (1988), publiés après sa mort.

La mort de Félix Leclerc fait l’effet d’un choc au Québec. Malgré des funérailles discrètes sur l’Île d’Orléans, des milliers de gens se rassemblent à Québec et à Montréal, et des messages parviennent du monde entier, y compris du gouvernement français. Félix Leclerc a montré le chemin à toute une génération de chanteurs-poètes et il continue à avoir du succès.

Œuvre de Félix Leclerc et principaux thèmes évoqués

L’œuvre et les chansons de Félix Leclerc ont été analysées par de nombreux écrivains et critiques. Dans La Chanson québécoise, Benoît L'Herbier écrit : « Dès le début, la poésie de Félix Leclerc s’est située sur un plan philosophique, rappelant les œuvres de La Fontaine les plus belles et les plus inspirantes. Car Félix Leclerc, l’écrivain ou le compositeur, est un moraliste. » Dans son ouvrage intitulé Félix Leclerc, Luc Bérimont écrit : « La personnalité de Félix Leclerc est riche, complexe, insaisissable. Il est certes chanteur, et compositeur et interprète, mais il appartient à une catégorie qui ne peut obéir aux critères du music-hall. Félix Leclerc est une exception dans un monde où la chanson, produite à grande échelle, et un bien purement commercial ».

Les paroles des chansons de Félix Leclerc, qu’elles soient narratives ou qu'elles portent à réflexion, forment des couplets qui rappellent la structure des chansons folkloriques. Il a puisé son inspiration dans les éléments (l’eau, la terre, le soleil, le feu et le vent) et dans les thèmes choisis transparaît un amour des animaux et de la nature. Ses chansons revêtent un caractère tantôt joyeux, tantôt triste, selon qu’il quitte ou non son enfance. Les références à des rois, à des châteaux et à des bals renvoient aux misères et aux splendeurs de l’existence humaine.

Sa poésie, simple et directe, véhicule une vision tragique de l’existence. Pour Félix Leclerc, le caractère tragique de l’humanité est enraciné dans la nature. Le travail humain conduit parfois à la mort sous le joug, mais il apporte en même temps un lien avec l'au-delà et donne une dimension spirituelle aux gestes quotidiens et à la vie en général. La nature est omniprésente dans les chansons de Félix Leclerc. Le cycle des saisons constitue une toile de fond pour les thèmes récurrents de l’évasion, de la mort, de Dieu, de la femme et du pays.

La dimension musicale des chansons de Félix Leclerc

À travers ses 160 chansons (146 originales et 14 reprises), Félix Leclerc se différencie de ses prédécesseurs chansonniers francophones européens et québécois, par le fait qu’il associe des vers soigneusement écrits à une ligne mélodique au style unique composée pour la guitare acoustique. Son jeu musical se caractérise notamment par une tonalité d’accordage de la guitare diminuée (toutes les cordes sont réglées à un ton ou un demi-ton en dessous de l’accordage standard) et par la position de la main droite en haut de la touche. Il enrichit également la technique de sa main droite en y intégrant notamment des harmoniques artificielles (comme dans Hymne au printemps), le grattage rapide des cordes avec le pouce (La Drave), les arpèges rapides exécutés avec le pouce et l’index comme avec un médiator (Les 100 000 façons de tuer un homme) et la combinaison d’arpèges et de trémolo classique (Le tour de l'Île). De la main gauche, il exécute parfois des accords barrés avec le pouce dans les basses, des accords de septième diminuée et des accords majeurs en y ajoutant des sixtes.

Dans l’ensemble, on peut distinguer six principaux types d’influences dans la musique de Félix Leclerc. Ce dernier semble tout d’abord avoir été légèrement influencé par le répertoire classique, en raison de sa sœur pianiste et possiblement de l’enseignement qu’il a reçu de Thomas-Wilfrid Gagnon. La seconde influence comprend le registre standard et traditionnel québécois, en particulier les chansons d’Ovila Légaré, de Madame Bolduc, La Bonne chanson de l'abbé Gadbois, etc., les chansons du folklore français traditionnel, la musique instrumentale et folklorique celtique (les reels écossais et irlandais), qui transparaît dans la structure en strophes et en énumérations de certaines chansons (Moi, mes souliers, L'Alouette en colère, etc.) et dans l’accompagnement à la guitare faisant alterner des basses et des accords (L'héritage).

Félix Leclerc subit l’influence encore plus marquée des chansons populaires de la France du début du XXe siècle (en particulier celles de Maurice Chevalier, de Lucienne Boyer et de Tino Rossi), comme le montrent le recours au style musette (Les Dimanches) et les très nombreux airs de ballade à trois temps et au tempo irrégulier que l'on trouve dans ses chansons (Demain si la mer, La fille de l'Île). En outre, on perçoit un soupçon de musique tzigane et russe folklorique dans la voix grave de l’artiste et dans sa manière de gratter rapidement les cordes de sa guitare avec son pouce droit.

L'influence du blues afro-américain (p. ex. Blind Lemon Jefferson et Blind Blake) sur la musique de Félix Leclerc transparaît dans le fait que le musicien accorde sa guitare dans une tonalité diminuée et dans ses choix de doigtés lorsqu'il joue certains accords issus de guitares pour gauchers. Les accompagnements jazz swing au rythme de croches (p. ex. Glenn Miller et Tommy Dorsey), que l’on entend aussi dans les chansons des crooners italo-américains (p. ex. Frank Sinatra et Perry Como), révèlent eux aussi une influence afro-américaine sur sa musique (comme dans Bozo et Le P'tit Bonheur). Enfin, Félix Leclerc reprend le style de la musique country « old-time » de Jimmie Rodgers, le bluegrass de Bill Monroe et le western swing de Bob Wills et de Gene Autry en transposant les accords (Dm/F; D/F#) et en jouant occasionnellement l’accompagnement au rythme rapide d’une croche suivie de deux doubles croches (comme dans Attends-moi, Ti-Gars).

Impact et influence

Le style musical caractéristique de Félix Leclerc a revitalisé la chanson en France et aurait permis de lancer, entre autres, les carrières de Georges Brassens, Guy Béart et Jacques Brel. Dans son livre, Chansonniers du Québec, Christian Larsen écrit : « Félix Leclerc est à la chanson canadienne ce que Trenet est à la chanson française : un militant, un révolutionnaire et un guide. À cause de lui, les coureurs de dot, les poètes et les commerçants se lancent à la recherche d’un nouveau Klondike... Bien qu’il n’ait pas inventé la chanson canadienne, Félix Leclerc a créé son public et son marché et a généré, dans une certaine mesure, la génération actuelle des jeunes chansonniers. »

Récompenses et héritage

En 1965, le Festival du disque de Montréal attribue un prix Félix-Leclerc à Gilles Vigneault pour sa chanson Mon pays. Un char est dédié à Félix Leclerc lors du défilé organisé en 1966 par la Société Saint-Jean-Baptiste, à Montréal. En 1977, il est le premier à recevoir du gouvernement du Québec le prix Denise-Pelletier des arts de la scène. En 1978, l’Orchestre symphonique de Montréal interprète un pot-pourri de ses œuvres à l’occasion des festivités de la Saint-Jean-Baptiste. En 1990, une sculpture est créée en l’honneur de Félix Leclerc au parc Lafontaine à Montréal. Une anthologie de 2000 pages de ses poèmes et autres œuvres littéraires paraît à Montréal en 1994. En 2003, le panthéon des auteurs et compositeurs Canadiens accueille Félix Leclerc parmi les premières personnalités qu’il intronise.

Après la mort de Félix Leclerc, ses héritiers créent la Fondation Félix-Leclerc afin de promouvoir la chanson québécoise. Nombre des chansons de l’artiste sont publiées dans les recueils suivants : Les Chansons de Félix Leclerc – le Canadien (1950), Félix Leclerc, 12 chansons nouvelles (1958), Les Chansons de Félix Leclerc (1969) et 24 Chansons de Félix Leclerc (non daté). Ses chansons sont interprétées par les Séguins, par Monique Leyrac, André Gagnon, Fabienne Thibeault, Groovy Aardvark, Daniel Boucher, Marie-Hélène Thibert et bien d’autres.

Selon la Commission de toponymie du Québec, Félix Leclerc atteint le cinquième rang (après Samuel de Champlain, Jacques Cartier, le Frère Marie-Victorin et Jean Talon) au classement des personnages historiques dont le nom est le plus souvent attribué à des rues, à des places ou à des édifices au Québec. Trois bâtisses sont entièrement ou en partie dédiés à son œuvre : le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, le Complexe culturel Félix-Leclerc à La Tuque et l'Espace Félix-Leclerc, sur l’Île d'Orléans.

Récompenses

Grand prix du disque, Académie Charles-Cros (1951, 1958, 1973)

Officier, Ordre du Canada(1968)

Prix de musique Calixa-Lavallée, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (1975)

Diplôme d'honneur, Conférence canadienne des Arts (1976)

Prix Denise-Pelletier, gouvernement du Québec (1977)

Grand officier, Ordre national du Québec (1985)

Chevalier, Légion d'honneur, France (1986)

Une version de cet article figurait dans Encyclopédie de la musique au Canada.