Outre les épreuves à surmonter pour s'établir dans un nouveau pays, le labeur énorme du défrichage et de la culture de vastes terres et la nécessité de créer des structures sociétales qui leur permettraient de coopérer pour survivre dans un environnement nouveau et inconnu, les premiers colons du Canada ont dû affronter un climat que peu d'entre eux avaient connu dans leur pays d'origine. Dans le nouveau pays, l'HIVER était particulièrement rude et d'une durée que beaucoup ont dû trouver particulièrement difficile. Les journées courtes et l'ensoleillement limité ne pouvaient qu'ajouter au contexte déprimant et limiter les loisirs à l'intérieur de sorte que l'effet d'emprisonnement de la saison s'en trouvait amplifié. Hier comme aujourd'hui, la solution a été de concevoir des activités qui permettraient non seulement de défier les éléments, mais aussi d'exploiter les possibilités offertes par la neige et la glace. Tout allait commencer par la raquette, le traîneau, le patinage et divers jeux d'hiver.

De nos jours, toutes ces activités font encore partie des sports hivernaux, mais des choses passablement plus élaborées s'y sont ajoutées, comme des événements sportifs organisés pour un grand nombre de joueurs et un nombre encore plus grand de spectateurs et, pendant la deuxième moitié du siècle dernier, des festivals d'hiver montrant bien que la meilleure manière de prendre l'hiver, avec toute sa force et sa rudesse, c'est de l'accepter et de le célébrer.

Le Carnaval d'hiver de Québec - le plus ancien festival d'hiver du Canada

La coutume au Québec de se rassembler avant le carême pour des fêtes qui vont de la fin janvier à la mi-février est une des plus anciennes traditions de la province, qui remonte aux premiers temps de la Nouvelle-France. Elle est à l'origine du premier carnaval d'hiver du Canada, qui est devenu le plus grand et le plus populaire : le Carnaval d'hiver de Québec. Tenu en 1894, le premier grand carnaval d'hiver de Québec a été inspiré par une idée de Frank Carrell, propriétaire du Quebec Daily Telegraph, qui a utilisé les pages de son journal pour la faire mousser. Les deux guerres mondiales et la grande crise économique de 1929 ont empêché l'événement d'avoir lieu chaque année, mais en 1954, grâce au développement économique de la Vieille Capitale, l'événement a été relancé. C'est ainsi que la première édition officielle du Carnaval d'hiver de Québec a eu lieu en 1955 et que la figure souriante de Bonhomme Carnaval est devenue le symbole des festivités.

Aux premiers temps de la Nouvelle-France, le festival était une fête tapageuse visant à rompre l'ennui de l'hiver, mais au fil des années, il a pris de l'envergure avec l'ajout d'activités comme les sports d'hiver, les sculptures sur neige et des événements inspirés du mode de vie traditionnel du Québec, par exemple les courses en canots et en traîneaux à chiens. Les organisateurs ont cherché à exploiter les possibilités offertes par la saison et à entretenir l'intérêt des festivaliers en explorant d'autres activités, comme le saut de barils, les compétitions de patinage de vitesse, les courses de motos sur glace, les tournois d'échecs et les concours de moustaches.

Certains événements sont devenus emblématiques et les grandes traditions ont continué jusqu'à nos jours. Le Carnaval a encore lieu vers les deux premières semaines de février et Bonhomme règne toujours en ambassadeur des festivités. La création d'un palais de glace construit en l'honneur de Bonhomme est un grand projet qui demande deux mois de construction. La course en canots et le concours de sculpture sur neige continuent d'enchanter des visiteurs du monde entier et font du Carnaval d'hiver de Québec un événement qui rivalise en popularité avec d'autres grands festivals internationaux, notamment celui de la Nouvelle-Orléans et le Carnaval de Rio.

Festival sur le canal

À Ottawa, le Bal de Neige a lieu sur le canal Rideau, auquel on donne le nom de patinoire du canal Rideau pendant les mois d'hiver où il devient une patinoire de 7,8 km, ainsi qu'au parc Jacques-Cartier, à la place des Festivals de l'hôtel de ville d'Ottawa et au parc de la Confédération. Lancé en 1979 par la Commission de la capitale nationale, le Bal de Neige se déroule pendant les trois premières semaines de février. En plus du patinage sur le canal, il propose des événements en plein air, y compris de la musique et des spectacles à la Scène nordique American Express, de la sculpture sur glace et sur neige, un atelier de construction d'igloo et le Domaine des flocons (au parc Jacques-Cartier de Gatineau) où on peut faire un tour en traîneau tiré par un cheval, visiter un labyrinthe de neige, faire du toboggan et descendre dans plus de trente glissades de neige géantes. Il y a d'autres activités hivernales à faire dans la région d'Ottawa-Gatineau, comme visiter des expositions spéciales des musées, assister à la Keskinada Loppet (la plus grande course de ski de fond au Canada) et au Marathon de ski canadien, dont le parcours entre Gatineau et Lachute, au Québec, fait 160 km.

Festivals des lumières d'hiver

La saison des fêtes de Noël est marquée par les décorations lumineuses qui ornent les arbres de Noël dans beaucoup de foyers et les festivals d'hiver du Canada sont souvent organisés sur le thème des lumières. Comme les nuits d'hiver sont longues, les festivals de lumières peuvent avoir un effet particulièrement spectaculaire.

Le CAA Winter Festival of Lights de Niagara Falls, en Ontario, fait voir trois millions de lumières d'arbre et plus de 120 montages lumineux animés. Il y a plusieurs années, la Ville a commencé à utiliser la technologie DEL pour ses décorations lumineuses qui sont dispersées sur 5 kilomètres en bordure du Niagara Parkway (renommé pour l'occasion Niagara Parks Winter Wonderland) et à d'autres endroits de la ville, entre autres : Candy Cane Lane dans le secteur touristique de Lundy's Lane, le secteur touristique de Fallsview, Santa's Village, rue Queen dans le quartier des arts et divertissements du centre-ville et Cummington Square. Le festival dure du début de novembre à la première semaine de janvier et il présente aussi des feux d'artifice au-dessus des chutes, des concerts et des spectacles pour enfants.

Le thème des lumières se retrouve dans plusieurs autres festivals d'hiver canadiens. Un des plus anciens est la Cavalcade of Lights de Toronto qui a plus de 40 ans. Le Nathan Phillips Square en est le centre névralgique et c'est l'illumination d'un énorme arbre de Noël par plus de 100 000 lumières qui en marque le début; on peut y profiter de feux d'artifice, de concerts et d'une installation de projection, patiner sur glace et admirer des montages lumineux dans plus d'une douzaine de quartiers de Toronto. À Vancouver, le Festival of Lights, qui se déroule pendant les trois dernières semaines de décembre, présente plus de 20 000 lumières et montages dans les jardins botaniques Van Dusen.

Né en 1999, le festival Montréal en lumière se déroule pendant les deux dernières semaines de février. Il offre des activités sur le thème de l'hiver et met notamment l'accent sur les plaisirs de la table; en effet, dans de nombreux restaurants, les visiteurs peuvent profiter de menus table d'hôte préparés par des chefs invités. Un fait saillant du festival est la « Nuit blanche », une soirée de spectacles présentant plus de 150 activités, gratuites pour la plupart.

Célébrations d'hiver dans le Nord canadien

Depuis de nombreuses générations, les peuples autochtones du Canada ont cherché des moyens de s'accommoder de la rudesse de l'hiver nordique et de l'ennui que sa ténacité impose. Bien des activités ainsi créées datent d'avant la conquête européenne; le développement des communautés permanentes dans le nord les a transformées en festivals périodiques au caractère nordique marqué. Les JEUX D'HIVER DE L'ARCTIQUE, nés en 1970 et que des communautés différentes accueillent chaque année, sont l'un des plus intéressants. Il ne s'agit pas tant d'un festival d'hiver que d'un événement sportif destiné à favoriser les échanges culturels et à promouvoir l'esprit communautaire. Ces jeux servent à alléger l'ennui et l'isolation qu'amène l'hiver dans le nord. Ils consistent en sports d'hiver traditionnels tels que le hockey, le ski de fond et la planche à neige, auxquels s'ajoutent des défis dérivés des tâches de la vie quotidienne des Inuits et des Dénés du Nord.

Les défis participatifs tiennent une grande place dans beaucoup d'autres festivals nordiques, entre autres le Fitz-Smith Loppet, un événement d'une journée qui a lieu en mars et où les participants skient sur la piste magnifique qui relie Fort Fitzgerald à Fort Smith, dans les Territoires du Nord-Ouest, et aussi la course de traîneaux à chiens d'Ivakkak, au Nunavik, un défi de dix jours sur une piste de 400 kilomètres entre Kangiqsujuaq et Akulivik. La Hudson's Bay Quest est une course de traîneaux à chiens qui va de Churchill, au Manitoba, à Arviat, au Nunavut, et se tient chaque année en mars. La course Yukon Quest, quant à elle, voit des attelages de chiens suivre une piste qui date de la ruée vers l'or du Klondike et des parcours de livraison du courrier en traîneau à chiens du début du 20e siècle. Dans un périple étalé sur deux semaines au milieu de l'hiver, les meneurs de chiens guident leurs attelages à travers un des milieux naturels les plus purs et magnifiques qui restent en Amérique du Nord, entre Whitehorse, au Yukon, et Fairbanks, en Alaska, et accomplissent un parcours d'environ 1600 km.

Tourné davantage vers les réjouissances communautaires que vers les compétitions, le Snowking Winter Festival de Yellowknife a lieu au mois de mars et propose des activités spéciales chaque fin de semaine, entre autres le Frozen Dog Film Festival, la soirée de rock and roll Block 1000 et le Snowking's Royal Ball.

Une tendance à la hausse

Depuis une dizaine d'années, à peu près toutes les communautés du pays ont mis sur pied leur propre version d'un carnaval ou festival d'hiver. Il peut s'agir d'un grand événement, comme le Carnaval d'hiver de Québec, ou d'un petit, comme le Lake Louise Ice Magic Festival, un concours de sculpture sur neige qui a lieu pendant trois jours chaque année à la fin janvier. Il y a des festivals à Saint-Boniface, au Manitoba, (le Festival du Voyageur), à Calgary (Winterfest) et à Edmonton (Winter Light) et de nouveaux voient le jour chaque hiver, ce qui prouve que l'hiver est une saison à célébrer et pas seulement à endurer.