Foster, David

  David (Walter) Foster. Producteur de disques, compositeur, pianiste, chanteur (Victoria, Colombie-Britannique, 1er novembre 1949), D.Mus. h.c. (Victoria) 1995, D.Mus h.c. (Berklee) 2002. David Foster commence à jouer du piano à cinq ans et, pendant son adolescence, il joue en Angleterre au sein d'un groupe rock de Victoria, les Strangers, et à Toronto avec Ronnie Hawkins. Il se rend à Los Angeles en 1972 en qualité de membre du groupe Skylark de Vancouver. Après la dissolution de l'ensemble l'année suivante (malgré la popularité de Wildflower, du 33 tours Skylark, Cap. ST-11048), Foster demeure à Los Angeles où il travaille d'abord comme musicien de studio (entre autres pour Michael Jackson, George Harrison, Rod Stewart, Barbara Streisand) avant d'entreprendre en 1976 une carrière de producteur de disques.

Protégé de Quincy Jones, il fait concurrence à ce dernier pour le titre de premier producteur de disques de Los Angeles au début des années 1980; sa réputation se fonde sur le rôle très actif qu'il joue dans le studio - notamment en écrivant (ou récrivant) ou en arrangeant la musique. Il réalise en totalité ou en partie des albums de Peter Allen, Chicago, Alice Cooper, Céline Dion, Earth Wind & Fire, Hall & Oates, les Payola$, Boz Scaggs et les Tubes, ainsi que des enregistrements de chansons par Gordon Lightfoot, Anne Murray, Barbra Streisand et plusieurs autres. Au cours d'un bref séjour à Vancouver en 1985, il est coauteur et réalisateur de « Tears Are Not Enough ». À titre de producteur ou de compositeur, ses plus grands succès incluent les chansons « Hard to Say I'm Sorry », « Hard Habit to Break » et « You're the Inspiration » (enregistrées par Chicago), « Saint Elmo's Fire » (John Parr), « After the Love Has Gone » (Earth Wind & Fire) et « Twist of Fate » (Olivia Newton-John), qui figurèrent toutes dans les cinq plus grands succès aux palmarès du magazine Billboard.

Producteur et auteur-compositeur

Foster reçoit environ 24 nominations aux prix Grammy (É.-U.) de 1979 à 1989, y compris 6 en 1985. Il en gagne ou partage cinq : meilleure chanson rhythm and blues (1979, « After the Love Has Gone »), meilleur enregistrement réalisé par la distribution originale d'un spectacle (1982, Dreamgirls), producteur de l'année (1984, Chicago 17) et deux prix pour le meilleur arrangement instrumental d'un chanteur (1984, « Hard Habit to Break »; 1986, « Somewhere »; toutes deux enregistrées par Streisand). Foster remporte également desprix Juno comme producteur de l'année en 1985 pour Chicago 17 et en 1986 pour la bande sonore de Saint Elmo's Fire. La musique instrumentale qu'il compose pour le film américain Love Theme est populaire en 1985. En 1986, il partage avec Charles Goodrum et Jim Vallance le prix de la chanson de l'année de l'Association de la musique country canadienne pour le succès d'Anne Murray « Now and Forever ».

La domination de Foster sur le marché de la musique populaire se poursuit jusque dans les années 1990 avec plusieurs autres Grammy de l'enregistrement et de l'album de l'année et à titre de producteur et d'arrangeur pour « Unforgettable » chanté par Natalie Cole (1992), pour la trame sonore de The Bodyguard (1994, v.f. Le Garde du corps) et pour des enregistrements de Céline Dion et de Cole (1994, 1997). Parmi ses autres succès de production remarquables figurent « The Power of Love » de Dion, qui atteint la première place aux palmarès. Il produit d'autres albums et chansons pour Streisand, Michael Jackson, Josh Groban et Kenny G., entre autres. Il a jusqu'à présent remporté 15 prix Grammy après avoir été mis en nomination 46 fois et entre 1991 et 2010, il a été dix fois finaliste des prix Juno dans la catégorie Producteur de l'année. in 2010.

Des recueils des compositions de Foster sont publiés par Warner/Chappell Music Canada et Hal Leonard.

Pianiste et interprète

Foster enregistre lui-même quatre disques de pièces instrumentales et de chansons: The Best of Me (1982-1983, Sound Design/Mobile Fidelity Sound Lab MFCD-810), David Foster (Atlantic 78-16421, paru en 1986), The Symphony Sessions (1987, Atlantic 78-17994) et River of Love (Atlantic CD-82162, paru en 1990). Un duo vocal avec Olivia Newton-John, « The Best of Me », est populaire en 1986, et sa chanson entraînante Winter Games, qui sert de thème aux Jeux olympiques d'hiver de Calgary, est un succès au Canada en 1988. Sur David Foster : Rechordings (1991, Atlantic 82296) l'auteur-compositeur interprète ses succès. En 1998, il exécute « Looking Though Your Eyes » sur la trame sonore de Quest for Camelot (v.f. Excalibur, l'épée magique), qu'il produit aussi et qui remporte un Golden Globe. Parmi ses autres participations à des trames sonores, en tant que producteur ou interprète, figurent Sleepless in Seattle (v.f. Nuits blanches à Seattle), Evita, (v.f. Evita) et Moulin Rouge (v.f. Moulin Rouge).

Foster reçoit (1986-1987, 1989) le prix Juno du meilleur artiste instrumental et est nommé au Panthéon des Juno en 1998. Il se produit à l'Expo 86 et, après avoir délaissé ses activités de producteur pour donner de plus fréquentes représentations à la fin des années 1980, il joue avec des orchestres symphoniques à Vancouver, Toronto et ailleurs. Il anime plusieurs émissions de variétés diffusées par la SRC et CTV, dont « The Symphony Sessions » (avec l'Orchestre symphonique de Vancouver) en 1988. En 2001, avec cet orchestre, il enregistre ses propres arrangements de l'hymne national du Canada (O Canada 2001, Warner Music 2 40050). Il anime et produit de nombreux concerts-bénéfice.

Distinctions et appréciations

Foster est le premier producteur de chansons et de R & B selon le Billboard en 1993. En 2003, il est honoré du Prix pour réalisations exceptionnelles en composition de Hollywood. Avec sa femme, la parolière Linda Thompson, il reçoit un Emmy Award pour The Concert for World Children's Day. Il fonde la compagnie de production 143 Records et est nommé vice-président sénior du groupe Warner Music en 1997, chez qui il lance la carrière de plusieurs jeunes chanteurs de pop, de ballades et de jazz, notamment le Canadien Michael Bublé. Sa musique, généralement directe et dans le courant traditionnel du pop sentimental, suscite quelques réserves chez certains qui n'apprécient pas sa sentimentalité. Ses ballades sont caractérisées par les instruments à cordes superposés, les crescendos orchestraux et un style minutieux de production.

Foster établit une fondation de bienfaisance en Colombie-Britannique pour les enfants ayant besoin de transplantations médicales. Il est nommé Père de l'année par le Fathers' Day Council en 1991, intronisé à l'Order of British Columbia en 1995, il a été nommé officier de l'Ordre du Canada en 2006, fait son entrée au panthéon de l'industrie de la musique canadienne en 2007 et au panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2010.

Bibliographie

John MACKIE, « An unknown who's up for six Grammy awards », Vancouver Sun (26 janv. 1985).

David A. GRIERSON, « David Foster : superstar producer », CanMus, VII (mars 1985).

Jane O'HARA, « Mixing the sweet sound of success », Maclean's (6 mai 1985).

Brian D. JOHNSON, « Hit man », SatN, C (nov. 1985).

« Man in motion », Billboard, suppl. (26 juil. 1986).

Peter CASTRO et Todd GOLD, « Mix master », People Weekly (7 nov. 1994).

Doug THOMPSON, « David Foster inducted into Juno Hall of Fame », The Record (30 mars 1998).

Robert LANG dir., Contemporary Canadian Musicians (Toronto 1998).