Gérard Bessette, romancier, critique (Sainte-Anne-de-Sabrevois, Qc, 25 févr. 1920 - Kingston, Ont, 21 févr. 2005). Bessette obtient son diplôme de l'École Normale Jacques Cartier (1944), puis son doctorat en lettres françaises (1950) à l'U. de Montréal avec une thèse publiée en 1960 sous le titre Les images en poésie canadienne-française. Son poème Le Coureur lui avait déjà valu un deuxième prix aux Concours littéraires du Québec de 1947 et il avait représenté le Canada aux Jeux olympiques de 1948 (section Poésie). Il en vient bientôt à publier trois premiers romans qui décrivent de façon réaliste ou ironique la société québécoise des années 50. La Bagarre (1958), Le Libraire (1960) et Les Pédagogues (1962) dénoncent ainsi le poids de la tradition sur les formes et les discours. Bessette devient aussi un pionnier de la critique psychanalytique au Canada avec Une littérature en ébullition (1968), Trois romanciers québécois (1973) et Mes romans et moi (1979). Toute son oeuvre se développe au fil d'une carrière professorale qui le mène de l'U. de la Saskatchewan (1946-1949) à l'U. Duquesne (Pittsburg, 1951-1958), au Collège militaire de Kingston (1958-1960) puis à l'U. Queen d'où il prend sa retraite en 1979. Deux ouvrages pédagogiques résultent de sa carrière professorale : l'anthologie De Québec à Saint-Boniface : Récits et nouvelles du Canada français (1968) et Histoire de la littérature canadienne-française I (1968) que Bessette coécrit. Depuis L'Incubation (Prix du Gouverneur général en 1965), on reconnaît de plus en plus la richesse et l'originalité d'une oeuvre qui invente, de façon ironique ou intimiste, les formes contemporaines du roman au Canada. Le Cycle (1971), Les Anthropoïdes (1977), Le Semestre (1979) et Les Dires d'Omer Marin (1985), Le Cycle (1987) en témoignent tour à tour. Membre de la Société Royale du Canada et de l'Académie des Lettres du Québec, Gérard Bessette reçoit, en 1980, le prix Athanase-David pour l'ensemble de son oeuvre.