Les Jeux d’hiver de l’Arctique sont une compétition biennale fondée en 1970 pour donner la chance aux athlètes du Nord de s’entraîner et de participer à des compétitions et pour promouvoir les échanges culturels et sociaux entre les différents peuples nordiques (voir aussi Inuit, Peuples autochtones). Bien que les Jeux se tinrent d’abord en Amérique du Nord, ils accueillent maintenant des athlètes d’ailleurs dans le monde, y compris le Groenland et des régions en Russie comme le Magadan, la Laponie et la péninsule de Yamal.

Contexte

Aux premiers Jeux d’hiver du Canada dans la ville de Québec en 1967, Cal Miller, conseiller financier de l’équipe du Yukon, est déçu par la performance des athlètes du Nord. En raison de l’accès limité aux possibilités d’entraînement et aux installations sportives, les équipes nordiques n’arrivent pas à la cheville des équipes des régions plus au Sud. Lui aussi témoin des Jeux, le commissaire des Territoires du Nord-Ouest, Stuart Hodgson, fait écho aux constatations de Miller. Selon lui, les équipes du Nord ne sont pas à la hauteur, car elles pratiquent leur discipline en tant que sport, comparativement aux gens du Sud qui ont des commanditaires et tout pour réussir.

Afin de soutenir les équipes nordiques, Cal Miller, Stuart Hodgson et Bud Orange (député fédéral des Territoires du Nord-Ouest) proposent de mettre sur pied une compétition d’hiver à l’intention des athlètes du Nord. Cal Miller appelle ensuite le commissaire du Yukon, James Smith, qui lui obtient une rencontre avec Arthur Laing, le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord. Miller se rappelle plus tard avoir dit à Arthur Laing qu’il avait « la meilleure idée depuis l’invention du 7-Up » : créer un événement culturel et sportif nordique et circumpolaire. Il livre aussi son idée à Walter Hickel, le gouverneur de l’Alaska, qui offre son plein appui au projet et aide à fonder la Arctic Winter Games Corporation (AWGC) le 18 janvier 1968.

Les premiers Jeux ont lieu à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, en 1970. Le premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau les inaugure, accueillant près de 500 athlètes en provenance du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et de l’Alaska. Depuis, les Jeux sont présentés tous les deux ans dans différents ressorts participants.

Croissance des Jeux d’hiver de l’Arctique

En 1972, la deuxième édition des Jeux accueille, en plus des trois ressorts participants et fondateurs (le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et l’Alaska), des athlètes du nord du Québec et du Groenland. L’Union soviétique et le Labrador y envoient en outre des observateurs. En 1976, c’est à Schefferville, au nord du Québec, que les Jeux ont lieu. C’est la toute première fois qu’ils sont présentés à l’extérieur du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et de l’Alaska. Toutefois, en 1980, en 1982 et en 1984, les Jeux se tiennent dans les trois territoires fondateurs.

Après les Jeux de 1984, la AWGC invite d’autres contingents nordiques en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba, afin d’inclure un maximum d’athlètes et d’augmenter l’attrait des compétitions aux yeux du reste du Canada. La province de l’Alberta est la seule à répondre à l’invitation; elle envoie une délégation de 40 athlètes pour observer les Jeux en 1986. Elle devient un partenaire permanent en 1988, et accueille les Jeux pour la

première fois en 1994.

En 1992, des athlètes russes provenant de la province de Magadan participent aux Jeux pour la première fois; et des athlètes du Groenland sont aussi à nouveau de la partie. Cette année-là, le budget des Jeux atteint presque le 1,2 million de dollars. En raison du succès grandissant des Jeux sur la scène mondiale, la AWGC change son nom et devient le Arctic Games Winter International Committee (AWGIC) en 1993. En 2002, la ville de Nuuk au Groenland est la première ville à l’extérieur de l’Amérique du Nord à accueillir les Jeux.

Les Jeux présentent aujourd’hui des participants du Yukon, de l’Alaska, du Nord de l’Alberta, des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut, du Groenland, du Nunavik, du Magadan, de la Laponie et de la péninsule de Yamal.

Arctic Winter Games International Committee

Le Arctic Winter Games International Committee (AWGIC) est le corps dirigeant des Jeux. C’est à lui qu’incombe la promotion de la philosophie des Jeux, la sélection de la ville hôte et le maintien de l’image visuelle des Jeux. Le comité compte un président et un conseil d’administration, qui se rencontrent quatre fois par an pour discuter des candidatures des villes, des politiques du AWGIC, des événements sportifs à organiser, des règlements de chaque sport et de la préparation générale de la ville hôte des Jeux.

Les membres du comité sont nommés par le pays qu’ils représentent et sont tous bénévoles. Le comité compte en ce moment 12 membres, représentant l’Alaska, les Territoires du Nord-Ouest, l’Alberta, le Yukon et le Nunavut. Le président actuel, Jens Brinch, est originaire du Groenland.

Le AWGIC est financé par des contributions annuelles de cinq gouvernements qui ont des représentants au comité : les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Yukon, l’Alaska, l’Alberta et le Groenland.

Sport et culture

Le nombre et le type des événements sportifs varient un peu d’une année à l’autre, en fonction du nombre d’athlètes inscrits dans chaque discipline et de l’accès à des installations sportives. Même si le AWGIC essaie de choisir des sports propres au Nord, d’autres disciplines sont couvertes si beaucoup de gens les pratiquent dans les ressorts participants ou si elles ont un potentiel de développement élevé pour le sport. Les disciplines présentées en général dans les villes hôtes des Jeux d’hiver de l’Arctique comprennent :

Ski alpin

Sports arctiques, y compris le coup de pied simple, le coup de pied double, la savate alaskane, le saut à genou, le saut en traîneau, le saut triple, le bras de fer, l’attrapé d’une main, la traction de la nuque, le saut à cloche pied et autres jeux d’origine inuite.

Badminton

Basketball

Biathlon, ski

Biathlon, raquette (voir aussi Raquette)

Ski de fond

Curling

Jeux d’origine dénée, y compris la traction du doigt, le serpent à neige, la traction au bâton, les jeux de mains et la poussée de la perche (voir aussi Nation dénée)

Course de traîneaux à chiens (voir aussi Traîneau à chiens)

Patinage artistique

Gymnastique

Hockey sur glace

Soccer intérieur

Surf des neiges

Raquette

Patinage de vitesse

Tennis de table

Volleyball

Lutte

En plus des compétitions sportives, la ville hôte met sur pied un programme culturel pour toute la durée des Jeux, qui présente de l’art visuel et de l’artisanat autochtone aux collectivités nordiques (voir aussi Art autochtone et Art inuit). Chaque délégation amène un petit groupe d’artistes aux Jeux afin d’exprimer sa culture unique. Les Jeux d’hiver de l’Arctique se terminent avec un gala culturel.

Trophée Hodgson

Nommé en l’honneur de l’un des fondateurs des Jeux, le commissaire Stuart Hodgson (Territoires du Nord-Ouest), le trophée Hodgson est remis à la délégation d’athlètes qui symbolisent le mieux l’esprit d’équipe et l’esprit sportif. Les membres de l’équipe gagnante reçoivent aussi une épinglette pour souligner leurs accomplissements.

Le trophée Hodgson est une œuvre d’art inuite provenant de l’Arctique canadien (voir aussi Cercle arctique). Sur le centre du trophée est gravée une défense de narval. Un ours en stéatite, qui essaie d’atteindre le haut de la défense, symbolise l’esprit de compétition. Un morse qui entoure la défense est également sculpté dans la stéatite, à la base du trophée.

Le trophée Hodgson est exposé au Temple de la renommée du sport du Yukon, à Whitehorse.

Villes hôtes

Les villes qui ont accueilli les Jeux depuis leur création en 1970 :

Yellowknife, NT (1970)

Whitehorse, YT (1972)

Anchorage, Alaska (1974)

Schefferville, QC (1976)

Hay River et Pine Point, NT (1978)

Whitehorse, YT (1980)

Fairbanks, Alaska (1982)

Yellowknife, NT (1984)

Whitehorse, YT (1986)

Fairbanks, Alaska (1988)

Yellowknife, NT (1990)

Whitehorse, YT (1992)

Slave Lake, AB (1994)

Chugiak et Eagle River, Alaska (1996)

Yellowknife, NT (1998)

Whitehorse, YT (2000)

Iqaluit, NU et Nuuk, Groenland (2002)

Wood Buffalo, AB (2004)

Kenai Peninsula Borough, Alaska (2006)

Yellowknife, NT (2008)

Grande Prairie, AB (2010)

Whitehorse, YT (2012)

Fairbanks, Alaska (2014)

Nuuk, Groenland (2016)

Hay River et Fort Smith, NT (2018)

Voir aussi : Inuit; Peuples autochtones.