Le coq du village

Le coq du village (1973), version française de Paperback Hero, film réalisé par Peter Pearson. C'est la chronique bien canadienne d'une petite ville agonisante des prairies et de la manière dont la mythologie pop américaine, particulièrement les westerns, influence l'imaginaire national. Rick Dillon (Keir Dullea), l'étoile de l'équipe locale de hockey, est un homme à tout faire paresseux, lubrique et immature qui se prend pour un flingueur des temps modernes, tant sur la glace qu'ailleurs. Il arbore un chapeau de cowboy et un révolver à six coups dans son étui. Il travaille chez le détaillant de peinture du coin et passe son temps à draguer les filles ou à se bagarrer à la taverne. Il y a bien une fille qui le comprend (Elizabeth Ashley) mais, comme Peter Pan, il refuse de grandir et de s'installer. Sa vie idyllique d'irresponsable est ébranlée quand l'équipe de hockey est dissoute, un événement qui conduit à un tragique affrontement avec la police locale.

Le coq du village, filmé en Saskatchewan, se veut une critique d'un certain machisme stupide et un portrait lucide du Canada rural en déclin. Il remporte des prix au PALMARÈS DU FILM CANADIEN pour la photographie, le montage et le son mais, pendant longtemps, il tombe dans les oubliettes. En 2006, le circuit du Festival international du film de Toronto permet de redécouvrir le film restauré et le remet en circulation.