Manitoba, Loi sur le

La Loi faisant du Manitoba la cinquième province du Canada reçoit la sanction royale le 12 mai 1870 et entre en vigueur le 15 juillet. Cette Loi permet également, par ses dispositions, de régler le conflit qui perdure entre les habitants de la COLONIE DE LA RIVIÈRE-ROUGE et le gouvernement fédéral (voir RÉBELLION DE LA RIVIÈRE-ROUGE). Les inquiétudes locales relatives aux droits d'occupation des MÉTIS poussent les habitants à participer aux négociations quant à leurs conditions d'inclusion dans la Confédération. À l'occasion d'une convention élue au vote populaire, reflétant la diversité culturelle de la colonie, on accorde un soutien à un gouvernement provisoire dirigé par Louis RIEL. Ce gouvernement dresse successivement quatre listes de droits, et la dernière devient le fondement de la loi fédérale.

Malgré la réticence du premier ministre Macdonald, le Manitoba entre dans la Confédération en tant que province plutôt que territoire. Les droits linguistiques des anglophones et des francophones sont protégés, de même que les droits scolaires des protestants et des catholiques. Les droits à l'instruction en français ou en anglais ne sont pas protégés. Le Canada maintient le contrôle sur les ressources naturelles, en particulier sur la distribution des terres non allouées, qui devaient être vendues pour financer la construction du chemin de fer jusqu'au Pacifique et pour attirer une vaste IMMIGRATION (voir DOMINION LAND POLICY). La nouvelle province du Manitoba aux dimensions très circonscrites, contrairement aux quatre premières, fait son entrée dans la Confédération dans un contexte où le Canada révèle sa détermination de contrôler le développement de l'Ouest.