Masala

Masala, dont l'action se déroule à Toronto, raconte l'histoire de Krishna, un jeune homme mystérieux, furieux et rebelle, qui a perdu ses parents dans l'écrasement d'un avion. Krishna se présente chez un oncle pour lui demander de l'aider. Il y découvre un monde où règnent un matérialisme sans limite, des passions folles, des intrigues politiques et où se confrontent les attentes d'immigrants indiens de la première et de la deuxième génération. Sa cousine Rita devient son alliée au milieu des pressions parentales et des mariages arrangés. Elle lui trouve même un emploi comme agent de voyages. Pendant ce temps, son oncle Tikkoo tente d'obtenir davantage d'argent du gouvernement pour un timbre canadien rare qu'il a trouvé et l'oncle Lallu est soupçonné d'utiliser sa boutique de sari pour envoyer des fonds en Inde afin d'appuyer la rébellion sikh. Tout ces événements se bousculent autour de Krishna. Les visions de la mort de sa famille le hantent, mais il essaie de reconstruire sa vie.

Masala constitue à la fois une satire désopilante du nouveau Canada multiculturel et un témoignage cinématographique intelligent de ce nouvel état de faits. Il s'agit aussi d'un film carnavalesque qui tient de la comédie, de la tragédie, du commentaire social, de la fantaisie et de l'épopée musicale propre au cinéma indien. La démarche audacieuse de Krishna impressionne d'autant plus qu'il s'agit de son premier long métrage et détone par rapport au réalisme conventionnel du cinéma canadien. Il préfère situer son récit dans un Canada moderne en rapide mutation et utiliser avec brio divers styles narratifs à la fois anciens et modernes. Loin de se limiter au pastiche moderne, Masala restitue brillamment les formes narratives dans le cadre de l'histoire familière d'un immigrant qui s'adapte tant bien que mal à sa nouvelle vie. Masala ressemble aux romans de Salman Rushdie ou, d'une certaine manière, aux oeuvres de Susanna MOODIE, par la manière dont il réorganise les sensibilités. Il raconte les joies et les dangers représentés par le mélange des cultures qui prédomine en cette fin de XXe siècle.

Voir aussiLONG MÉTRAGE canadien.