Norway House, au Man., est formée de deux communautés étroitement liées situées le long du lac Little Playgreen et du chenal est du fleuve Nelson, à 30 km au nord du lac Winnipeg et à 460 km au nord de Winnipeg. La réserve de Norway House (pop. 4758 recens. 2011) a pour centre la localité de Rossville, administrée par le ministère fédéral des AFFAIRES AUTOCHTONES ET DU DÉVELOPPEMENT DU NORD CANADIEN, et par un chef élu et un conseil de bande. Depuis 1970, la localité hors réserve (pop. 308, recens. 2011) est reconnue dans le cadre de la Loi sur les Affaires du Nord. Elle est administrée par un maire et des conseillers.

Située au carrefour de plusieurs voies de navigation et séparée du lac Little Playgreen par un épaulement rocheux, Norway House était autrefois un centre de traite de fourrures et de ravitaillement pour la COMPAGNIE DE LA BAIE D'HUDSON (CBH) et un centre administratif de la Terre de Rupert. La CBH y installe trois postes de traite (Jack River, 1786-1817; Norway House I, 1814-1824 et Norway House II à partir de 1796), le dernier à l'endroit de la localité actuelle.

Empruntant son nom aux trieurs-fendeurs norvégiens embauchés pour ouvrir un passage terrestre à partir de YORK FACTORY, Norway House est reconnue pour la pêche, la chasse et la construction de BARGES D'YORK. Les colons venus de la COLONIE DE LA RIVIÈRE ROUGE y trouvent un refuge temporaire en 1815, puis en 1816-1817, après avoir subi l'attaque de leur rivale, la Compagnie du Nord-Ouest. En 1840, le pasteur méthodiste James EVANS, avec deux collaborateurs autochtones, fonde une mission à proximité. Dès la fin des années 1870, l'importance de Norway House comme point de transbordement décline. Entre 1930 et 1970, la CBH fait démolir la plupart de ses bâtiments. Seuls l'entrepôt (1840-1841), la prison (1855-1856) et une partie de la poudrière (1837-1838) sont conservés. L'économie locale repose sur la pêche commerciale, les services et le piégeage.