Présenté annuellement, le Gala du cinéma québécois (anciennement connu sous le nom du Gala des prix Jutra) rend hommage à des réalisations exceptionnelles dans l’industrie cinématographique québécoise. Les prix ont d’abord été nommés en l’honneur du cinéaste québécois Claude Jutra. Toutefois, en février 2016, leur nom a été changé à la suite d’allégations posthumes selon lesquelles Jutra aurait été pédophile. L’organisme en charge de l’organisation des prix, Québec Cinéma, a annoncé que le choix du nom Gala du cinéma québécois est temporaire et qu’un nouveau nom et trophée seront déterminés peu après la cérémonie de 2016.

Contexte

Les prix introduits pour la première fois en 1999, sont créés par plusieurs producteurs de films québécois, en particulier Roger Frappier, pour protester contre le fait que les prix Génie favorisent trop à leur goût les films canadiens en anglais. Ils succèdent aux prix Guy L’Écuyer créés en 1987 par le festival Les Rendez-vous du cinéma québécois en mémoire de l’acteur Guy L’Écuyer.

Gestion

Les prix sont gérés par Québec Cinéma qui supervise également le festival montréalais de cinéma Les Rendez-vous du cinéma québécois et les séries de projections itinérantes La Tournée du cinéma québécois. Les sélections sont effectuées par des jurys spécialement nommés à cet effet composés de membres éminents de la profession, les prix individuels étant décernés sur la base des votes des membres des syndicats et des associations professionnelles qui composent l’industrie québécoise du cinéma. Les cérémonies, qui se tiennent habituellement en février ou en mars, sont télédiffusées depuis la création des prix et depuis 2004 par Radio-Canada. Les statuettes remises comme trophée ont été conçues par le sculpteur québécois d’avant-garde Charles Daudelin.

Structure

La compétition pour les prix comprend 18 catégories dans les domaines de l’interprétation, de la mise en scène, du scénario et des différentes disciplines techniques ainsi que quatre prix spéciaux : le Billet d’or, l’équivalent de la Bobine d’or, qui récompense le film ayant réalisé les recettes au guichet les plus importantes au Québec; le prix Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec, qui va au film ayant obtenu le plus grand succès international lors des festivals ou durant son exploitation en salle; le prix Meilleur exploitant, qui est attribué à l’exploitant ayant réalisé le plus d’efforts pour promouvoir les films québécois; enfin, le prix Hommage, qui est octroyé pour l’œuvre de toute une vie dans l’industrie cinématographique québécoise.

Gagnants du prix Hommage

1999 — Marcel Sabourin

2000 — Frédéric Back

2001 — Gilles Carle

2002 — Anne Claire Poirier

2003 — Rock Demers

2004 — Richard Grégoire

2005 — Michel Brault

2006 — Denise Filiatrault

2007 — Pierre Curzi

2008 — Jean-Claude Labrecque

2009 — Fernand Dansereau

2010 — René Malo

2011 — Jean Lapointe

2012 — Paule Baillargeon

2013 — Michel Côté

2014 — Micheline Lanctôt

2015 — André Melançon

Gagnants dans la catégorie Meilleur film

On trouvera ci-dessous les gagnants des prix dans la catégorie Meilleur film avec, pour chaque film, le nom du ou des producteurs.

1999 — Le Violon rouge (Niv Fichman)

2000 — Post Mortem (Lorraine Dufour)

2001 — Maelström(Roger Frappier, Luc Vandal)

2002 — Un crabe dans la tête (Luc Déry, Joseph Hillel)

2003 — Québec-Montréal (Nicole Robert)

2004 — Les Invasions barbares (Denise Robert, Daniel Louis)

2005 — Mémoires affectives (Barbara Shrier)

2006 — C.R.A.Z.Y. (Pierre Even, Jean-Marc Vallée)

2007 — Congorama (Luc Déry and Kim McGraw)

2008 — Continental, un film sans fusil (Luc Déry, Kim McCraw)

2009 — Ce qu’il faut pour vivre (Bernadette Payeur, René Chenier)

2010 — J’ai tué ma mère (Carole Mandello, Daniel Morin)

2011 — Incendies (Luc Déry, Kim McCraw)

2012 — Monsieur Lazhar (Luc Déry, Kim McCraw)

2013 — Rebelle (Pierre Even, Marie-Claude Poulin)

2014 — Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde (Christian Larouche, Caroline Héroux, Stéphanie Héroux)

Voir aussi Cinéma québécois