Regina, Saskatchewan, fondée en 1882 et officiellement constituée en 1903, population: 179 282 (recens. 2006), 193 100 (recens. 2011).

Construite sur une vaste plaine alluviale à 160 km de la frontière américaine, la ville de Regina est la capitale de la Saskatchewan, ainsi que son principal centre commercial et financier. La ville a été nommée en l’honneur de la reine Victoria, la belle-mère du marquis de Lorne, qui était gouverneur général quand la ville a été fondée.

Colonisation

Peuples autochtones

Les Cris des Plaines et les Ojibwés des Plaines (ou Saulteux) sont les premiers habitants de ce qui est maintenant le sud de la Saskatchewan. Les millions de bisons peuplant les Prairies du Sud constituaient une source abondante de viandes et de peaux. Ces peaux étaient transformées en vêtements et en tipis, qui les abritaient pendant les rudes hivers. L’arrivée des Européens dans la région et le commencement du commerce des fourrures permettent aux Autochtones de se procurer des couvertures et des étoffes, des outils en métal, des armes à feu et des chevaux. Cependant, ils sont aussi exposés à la variole, à la rougeole et à la grippe. Les bisons sont aussi chassés à outrance et frôlent l’extinction dans les années 1870. (Voir aussi Épidémies, Chasse au bison.)

En 1869, le gouvernement canadien achète la Terre de Rupert à la Compagnie de la Baie d’Hudson, à qui le roi Charles II d’Angleterre avait confié cet immense territoire (incluant les trois provinces des Prairies) en 1670. Deux ans plus tard, le gouvernement canadien commence à négocier une série de traités. Entre 1871 et 1877, sept de ces traités sont signés par les nations des Prairies. Ces « traités numérotés », comme on les surnommera, promettent des paiements monétaires, la création de réserves et de l’aide agricole. En échange, les Autochtones doivent renoncer à leurs titres ancestraux. Les Cris des Plaines et les Ojibwés des Plaines signent le traité numéro 4 à Fort Qu’Appelle en 1874.

Colonisation européenne

Par les traités numérotés, le gouvernement fédéral veut encourager des colons provenant d’Europe et d’ailleurs au Canada à venir à l’ouest, à acquérir des terres et à cultiver le blé. Ce n’est cependant qu’avec le début de la construction du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP), en 1881, que les colons commencent à arriver en nombre suffisant.

Regina est fondée en 1882 et devient la capitale des Territoires du Nord-Ouest en 1883. La ville était une créature du CFCP, qui choisit l’emplacement de la ville près du ruisseau Pile O’Bones (ou Wascana), et influence le tracé des rues et les modèles d’utilisation du terrain. En 1882, la Police à cheval du Nord-Ouest installe son quartier général en ville. L’instruction des recrues commence trois ans plus tard.

Croissance

Pendant les premières années, Regina grandit assez lentement, et il faut attendre 1901 pour que la population atteigne 2 250 habitants. Cependant, les choses s’accélèrent avec la création de la Saskatchewan, en 1905. Nommée capitale provinciale, Regina connaît une poussée de croissance et compte 30 000 habitants en 1911. Malgré les dommages causés par une tornade, en 1912, la ville se remet vite sur pied, avant de voir sa croissance temporairement interrompue par une dépression économique, en 1913, et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’année suivante.

Les troubles économiques ne se terminent pas avec la guerre. Il faut attendre le milieu des années 1920 pour voir revenir la prospérité. En 10 ans, la population passe de 34 400 habitants à 53 200 habitants. Cette période est suivie par dix années de sécheresse et de dépression, qui appauvrissent grandement la ville. Le sort des fermiers de la province commence cependant à s’améliorer à partir de 1939, et l’économie de Regina reprend elle aussi du mieux.

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la ville jouit d’une croissance continue, à défaut d’être spectaculaire. La poussée la plus marquante a lieu pendant les années 1950, quand la population augmente de 57 %. L’urbanisation et la diversification de l’économie entraînent aussi une augmentation de presque 10 % entre 1981 et 1991. Au XXIe siècle, la croissance semble avoir ralenti considérablement.

Paysage urbain

Les Réginois ont transformé la prairie, autrefois plate et sans arbres, créant des parcs boisés et des rues ombragées. Le Centre Wascana est le plus grand espace vert de la ville, avec ses 930 hectares autour du lac Wascana, un lac artificiel. Le parc accueille aussi le majestueux Legislative Building (1912) et d’autres édifices du gouvernement provincial, le Royal Saskatchewan Museum, le Conexus Arts Centre et le Saskatchewan Science Centre.

Regina Downtown (une zone d’amélioration commerciale) occupe 40 blocs au centre-ville de Regina. Les nombreuses tours à bureau construites lors des 30 dernières années ont transformé le panorama urbain. Harvard Development, une firme locale fondée en 1903, en a bâti plusieurs. L’un des plus vieux bâtiments du centre-ville, une ancienne station de train, abrite le Casino Regina.

Population

La population de Regina a plus que doublé depuis la Deuxième Guerre mondiale, en partie grâce à l’immigration provenant de l’extérieur de la province, mais surtout grâce aux mouvements de la population de la campagne vers la ville à l’intérieur de la Saskatchewan. Selon l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, la plupart des citoyens déclarent au moins un ancêtre anglais; l’Allemagne, l’Angleterre et l’Écosse sont les origines ethniques les plus fréquemment citées. Les descendants d’immigrants ukrainiens ou polonais sont aussi assez nombreux. Toujours en 2011 et encore selon l’ENM, un peu moins de 10 % de la population s’identifiait comme Autochtones.

Économie et main-d’œuvre

Regina est entourée par de riches terres agricoles où l'on cultive surtout le blé et le canola. La ville est le plus important centre de commerce en détail, de distribution et de services dans le sud de la Saskatchewan. Elle accueille aussi le siège social de Viterra, l’une des plus importantes entreprises dans le monde en ce qui concerne la manutention et la mise en marché des céréales. La Canadian Western Agribition, la deuxième plus grande exposition de bétail en Amérique du Nord, ainsi que le Canada’s Farm Progress Show (une exposition portant sur les technologies d’aridoculture et la technologie agricole en milieu aride) continuent à faire de Regina un centre majeur de l’agriculture canadienne.

Et bien sûr, le gouvernement provincial demeure un employeur important dans la ville.

Les plus grandes entreprises du secteur manufacturier sont EVRAZ Regina (une aciérie et usine de tuyaux), la Co-op Refinery Complex (une usine de valorisation du pétrole lourd et raffinerie) et le Brandt Group of Companies (équipement agricole et industriel). La croissance et la diversification de l’économie municipale se traduisent par un taux de chômage relativement bas. Entre 2010 et 2015, le taux de chômage annuel dans la région avoisinait les 3,8 %.

Transports

Regina est l’endroit où se rejoignent la route Transcanadienne, la ligne principale du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP), et un embranchement du chemin de fer Canadien National. Le CFCP a récemment déplacé ses stations situées au centre-ville de Regina au Global Transportation Hub, à l’ouest de la ville. Ce dernier accueille aussi d’autres entreprises, notamment Loblaw Companies et la Saskatchewan Liquor and Gaming Authority, qui dirige la chaîne de magasins d’alcool de la province.

L’aéroport international de Regina dessert la ville et le sud de la province.

Communications

Regina accueille un journal quotidien, le Leader-Post, ainsi que le bihebdomadaire Prairie Dog. Un journal francophone hebdomadaire provincial, l’Eau vive, est aussi publié en ville.

Gouvernement et politique

Regina est gouvernée par un maire élu et dix conseillers, chacun de ceux-ci représentant une division municipale, ou quartier. Les commissions scolaires (publiques, catholiques et francophones) sont responsables d’administrer les systèmes éducatifs primaires et secondaires de la ville, et sont financées par les contribuables.

Vie culturelle

Parmi les institutions éducatives de Regina, on compte l’Université de Regina et la Saskatchewan Polytechnic. L’Université des Premières Nations du Canada, à l’Université de Regina, est le seul collège universitaire au pays qui est administré par les Autochtones pour les Autochtones.

Le principal centre culturel de la ville est le Conexus Arts Centre. Il accueille l’Orchestre symphonique de Regina, l’une des institutions culturelles les plus éminentes de la ville, ainsi qu’Opera Saskatchewan et la troupe de danse contemporaine New Dance Horizons. La MacKenzie Art Gallery et la Dunlop Art Gallery abritent d’impressionnantes collections permanentes et accueillent plusieurs expositions itinérantes. Le Globe Theatre s’est quant à lui taillé une place de renom nationale pour ses productions théâtrales professionnelles. En plus du Royal Saskatchewan Museum, Regina abrite aussi d’autres musées, notamment l’école de la Gendarmerie royale du Canada (Division Dépôt) et le Centennial Museum (qui reçoit chaque année des dizaines de milliers de visiteurs).

Les Saskatchewan Roughriders, une équipe de la Ligue canadienne de football qui joue au stade Mosaic, sont la fierté de la ville et de toute la province. Il y a aussi une ligue de hockey junior, les Pats de Regina.