La rivière Manicouagan, d'une longueur de 560 km, prend sa source dans le centre Est du Québec, près de la frontière du Labrador, et coule vers le sud par le réservoir Manicouagan pour se jeter dans le fleuve Saint-Laurent, près de Baie-Comeau. Son bassin, accidenté et densément boisé, a une superficie de 45 800 km2 et a servi de voie de flottage du bois vers le sud pour approvisionner les usines de pâtes et papiers situées à son embouchure. On a exploité la force de la rivière en aménageant plusieurs centrales hydroélectriques : Manic 1, terminée en 1967, 184,4 MW; Manic 2, terminée en 1967, 1015 MW à l'origine, maintenant 1145 MW; Manic 3, terminée en 1976, 1183,2 MW, maintenant 1244 MW; Manic 5, terminé en 1971, 1292 MW à l'origine, maintenant 1596 MW et Manic 5AC, terminée en 1990, 1064 MW. L'électricité de certaines de ces centrales est acheminée vers la Gaspésie au moyen d'un câble sous-marin installé au fond du Saint-Laurent. La rivière tire son nom d'un mot montagnais qui signifie « où il y a du bouleau » (c.-à-d., pour fabriquer des canots).