Roadkill

Roadkill(1989), le premier long-métrage du réalisateur Bruce MCDONALD est un des films les plus originaux de la nouvelle vague cinématographique ontarienne de la fin des années 1980 et du début des années 1990.

Pouvant être décrit comme un film d'errance rock 'n' roll, ce film raconte les aventures de l'assistante d'un promoteur de groupes rock nommée Ramona (Valerie Buhagiar) dont la mission est de retrouver les Children of Paradise, un groupe rock disparu dans le Nord l'Ontario. Elle rencontre plusieurs personnages dont un chauffeur de taxi fumeur de cannabis (Ernie Hudson), un réalisateur (Bruce McDonald) aux grandes ambitions qui tournent des films qui traitent d'animaux morts sur l'autoroute et un homme qui rêve de devenir tueur en série (Don MCKELLAR). Ramona retrouve le groupe, mais comprend que c'est ce qu'elle a découvert sur elle-même qui compte le plus.

Roadkill est réalisé grâce à une bourse que McDonald reçoit du Conseil des arts de l'Ontario pour tourner un documentaire sur un groupe de musique qui existe réellement. Toutefois, le documentaire se transforme en un film sur le tournage d'un documentaire après que le chanteur quitte le groupe alors qu'on ne s'y attend pas. L'énergie rock 'n' roll funky, avec une piste sonore diversifiée comprenant entre autres Stompin' Tom Connors et The Ramones, est très appréciée à l'époque et établit la réputation de McDonald comme réalisateur à découvrir. Le film cause la surprise générale en étant préféré à Jésus de Montréal de Denys ARCAND pour le Best Canadian Feature Film Award au Toronto Festival of Festivals.