RPM

RPM. Périodique hebdomadaire ayant porté divers titres (RPM Weekly, RPM Music Weekly, RPM Magazine, etc.) spécialisé dans « les industries de la radio et de l'enregistrement et des arts connexes » et mettant l'accent sur les nouvelles, les articles de fond et les études de la programmation radiophonique (voir Palmarès). Destiné surtout au marché canadien-anglais, il est publié à Toronto à partir du 24 février 1964. Sa publication est interrompue pour un temps en 1980-1981. Durant les années 1960 et 1970, RPM fait aussi paraître plusieurs répertoires des industries de la musique.

Sous la direction du fondateur, éditeur et rédacteur en chef Walt Grealis, RPM accorde ouvertement et fermement son appui au talent canadien. Afin de mettre les artistes canadiens en évidence, il instaure en 1964 les RPM Gold Leaf Awards (voir Juno Awards) et établit en 1975 les Big Country Awards en accord avec leur corps dirigeant, la Canadian Academy for Country Music Advancement (voir Association de la musique country canadienne). RPM épaule avec succès la réglementation du CRTC présentée en 1971 quant à la teneur canadienne des émissions et, sur ce, inaugure le logo RPM MAPL, un symbole largement utilisé (en fait, un cercle divisé en quartiers) conçu par Stan Klees, de la revue, pour indiquer le contenu canadien de toute présentation enregistrée selon les catégories suivantes : musique (compositeur), interprète, production (localisation) et paroles (parolier).

Grealis (Toronto, 18 février 1929 - 20 janvier 2004), un ancien policier, se tourne vers l'industrie du disque et entre chez Apex en 1960. Il est gérant de la promotion pour l'Ontario chez London Records (1961-1963) avant de fonder RPM. Il reçoit un « People's Award » lors de la remise des prix Juno 1976, et un prix Juno (décerné à des personnalités de l'industrie) est nommé en son honneur en 1984. Il reçoit l'Ordre du Canada en 1993. Klees (Toronto, 29 avril 1932), une personnalité de la radio et de la télévision (1949-1960), est un cadre d'Astral Records (1960-1963) et de sa propre maison Tamarac Records (1963-1970) avant de rejoindre Grealis comme concepteur à RPM. Il devient par la suite « conseiller en projets spéciaux ».

Le magazine cesse d'être publié le 13 novembre 2000 et les bureaux d'origine au 6, Brentcliffe Rd, à Toronto, deviennent le RPM Cafe le 4 novembre 2003. Le restaurant présente des souvenirs du temps de RPM et célèbre son rôle sur la scène musicale canadienne.

Bibliographie

Jack BATTEN, « One man's crusade to Canadianize rock 'n' roll », Maclean's (8 août 1964).

Stan KLEES, « The Story of RPM Magazine », RPM (4 mars 1978).

Nancy GALLO, « RPM - 15 years of communication », ibid. (24 févr. 1979).

J.J. LINDEN, « RPM's Walt Grealis looks back and ahead », ibid.

« In the beginning », Axes, Chops & Hot Licks.