Un zoo la nuit

Un zoo la nuit (1987), l'un des plus audacieux premiers longs métrages de l'histoire du cinéma canadien, raconte l'histoire contemporaine violente de Marcel, un ex-détenu (Gilles Maheu), qui tente de reprendre sa vie en main après un dur séjour en prison. Lorsqu'il cherche à récupérer les 200 000 $ qu'il a planqués, il s'aperçoit que tout le monde, du policier corrompu (Germain Houde) jusqu'aux revendeurs de drogue, veut sa part du gâteau. Luttant pour retrouver son équilibre, il retrouve son père (Roger Lebel) condamné par la maladie, et tous deux se retirent loin dans les bois pour y pêcher et chasser. Le répit ne sera que temporaire. Lorsque son père est hospitalisé, Marcel organise une dernière et étrange partie de chasse quelque part dans un zoo, la nuit.

La réalisation de Jean-Claude LAUZON est remarquablement maîtrisée et la saisissante photographie de Guy Dufaux capte la dure réalité du milieu criminel de Montréal, accentuée par les enseignes au néon et la lumière crue des lampadaires. Malgré certaines scènes choquantes, Un zoo la nuit est, dans son ensemble, un film sensible et bien réalisé à propos d'un fils qui tente de rétablir la relation qui le lie à son père. Le film établit un record historique en gagnant 13 PRIX GÉNIE, dont ceux des meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur acteur (Lebel), meilleur acteur dans un second rôle (Houde) et meilleure photographie. En 1987, il remporte également le prix du meilleur film canadien au Festival des films du monde de Montréal et le prix de la critique internationale au Festival International du Film de Toronto (alors connu sous le nom de Festival of Festivals).