La ville de Whitehorse, capitale du Yukon, est située à environ 87 km au nord de la frontière avec la Colombie-Britannique. Les communautés telles Whitehorse qui se trouvent le long de la route de l’Alaska sont souvent identifiées selon leur emplacement sur ce tronçon de route. Tandis que Dawson Creek, en Colombie-Britannique, se situe au km 0, Whitehorse se situe au km 1 476. La ville est située surtout sur la rive ouest du fleuve Yukon sur une plaine alluviale de 600 m de large, adossée par un escarpement raide ayant un plateau à son sommet de 60 m. Le paysage de Whitehorse est dominé par le mont Canyon (connu au niveau local comme le mont Grey) vers l’est, par la colline Haeckel vers le nord-ouest et par le mont Golden Horn vers le sud.

Nichée au creux d’une vallée protégée, Whitehorse profite d’un climat modéré pour le Nord, avec des étés chauds et secs. Les longues heures d’ensoleillement (presque 20 heures en juin) compensent une courte saison de croissance et des hivers sombres.

Peuplement

Peuples autochtones

Des fouilles archéologiques près de Whitehorse ont révélé des artefacts ayant au moins 2 500 ans, ce qui démontre que les peuples autochtones sont présents dans la région depuis des siècles. Ces artefacts indiquent que les Premières Nations du Yukon y ont campé de façon régulière afin de chasser et de pêcher. Il est très probable qu’ils soient les ancêtres des Tutchonis du Sud, des Tlingits de l’arrière-pays et des Tagish qui résident à l’heure actuelle à Whitehorse et dans les environs.

Colonisation européenne

Le point de départ de la navigation sur le fleuve Yukon, en 1898, au moment de la ruée vers l’or du Klondike, Whitehorse devient un point d’arrêt temporaire pour les prospecteurs, au-delà de deux obstacles majeurs sur la rivière (le canyon Miles et les rapides Whitehorse). En 1900, elle devient une colonie permanente sur la base du transport et des services, grâce à l’achèvement de la voie ferrée White Pass and Yukon Route qui la relie à Skagway, en Alaska. La communauté grandit autour du lieu de rencontre entre le chemin de fer et le fleuve, sur la rive ouest de ce dernier.

Développement

Depuis 1900, la corporation White Pass and Yukon Route aide la ville et le territoire à se développer, offrant des services et des emplois. À part sa voie ferrée, elle établit la British Yukon Navigation Company qui construit des bateaux fluviaux et assure l’exploitation de ceux-ci entre Whitehorse et Dawson jusqu’en 1954.

Une envolée éphémère du cuivre dans la ceinture de cuivre de Whitehorse se termine en 1920. Au cours des années 1920 et 1930, la corporation promeut l’industrie du tourisme et Whitehorse devient une base d’équipement et de départ. En 1935, elle établit la compagnie British Yukon Aviation pour transporter le courrier, le fret et les passagers depuis sa base à Whitehorse. D’une population estimée à 2 000 personnes à la fin de la ruée d’or, le nombre d’habitants de Whitehorse diminue jusqu’à environ 750 personnes en 1941.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Whitehorse joue un rôle important en tant que lien dans le système de transport nord-sud appuyant l’effort de guerre. Environ 30 000 militaires et travailleurs civils étatsuniens et canadiens élargissent les installations de la Northwest Staging Route (une suite de terrains d’aviation à travers le Nord-Ouest qui représente le lien aérien). Ils construisent les 2 300 km de la route de l’Alaska et bâtissent l'oléoduc Canol de Norman Wells, dans les Territoires-du-Nord-Ouest et une raffinerie de pétrole à Whitehorse.

Après la guerre, la route de l’Alaska est ouverte au trafic civil et remplace le fleuve Yukon comme voie principale de transport. Whitehorse devient le siège du réseau routier du Nord-Ouest. En 1953, la capitale territoriale est déplacée de Dawson à Whitehorse, ce qui ajoute le secteur gouvernemental à la base économique de la ville.

Paysage urbain

Le lotissement urbain d’origine de Whitehorse, arpenté dans une configuration quadrillée conventionnelle, évolue en trois zones fonctionnelles : le commerce et le détail de la rue Main et de la 1re avenue, les résidences au nord et au sud de la rue Main, et les installations portuaires et de voie ferrée entre la 1re avenue et le fleuve Yukon. La zone industrielle, incluant des bureaux de compagnies minières, se situe au nord de la ville, tandis que les bureaux gouvernementaux dominent les rues au bord de la zone commerciale, située au centre de la ville.

Le passé haut en couleur de Whitehorse est préservé dans le bateau fluvial restauré Klondike et dans l’église en bois rond anglicane construite en 1900. Le Centre d’interprétation Yukon Beringia, qui ouvre en 1997, expose un passé encore plus ancien : la culture et les traditions des Premières Nations yukonaises remontant à quelque 24 000 années. Une nouvelle installation valant 50 M$ est complétée en 1988 pour abriter le Collège du Yukon. Le Yukon Arts Centre, ouvert en 1992, accueille des événements artistiques et culturels pour tout le Yukon.

Population

Environ 70 % de la population du Yukon habite à Whitehorse. Lors du recensement de 2011, les origines ethniques anglaises, écossaises et canadiennes sont celles qui sont le plus souvent déclarées. Les personnes autochtones représentent 16,5 % des résidents de la ville, tandis que la population des minorités visibles représente 7,9 %. De ces 7,9 %, les Chinois et les Philippins représentent les plus grandes communautés. La majorité des résidents autochtones sont membres soit de la Première Nation des Ta’an Kwäch’än (voir Tutchonis) ou de celle des Kwanlin Dun, dont les territoires traditionnels se chevauchent à proximité de Whitehorse.

Économie et population active

Pendant les années 1950, le gouvernement fédéral amorce un programme de construction de routes et d’aide financière pour stimuler l’économie minière du territoire. En conséquence, la production d’argent se développe à Mayo et la production de cuivre et de plomb-zinc débute à Faro. Avant la fin des années 1950, un système de transport conteneurisé intégrant navires, trains et camions achemine le minerai vers les marchés extérieurs, en passant par Whitehorse. La fermeture des mines dans le Yukon, dont celle de Faro en 1982, a un effet adverse sur la ville et sur le chemin de fer White Pass and Yukon Route; les opérations sont interrompues cette même année. Cependant, l’exploitation minière du Yukon se remet de façon considérable vers le milieu des années 1990.

Une meilleure accessibilité affecte aussi l’économie de Whitehorse de façon directe grâce à l’industrie du tourisme. Chaque été, plusieurs milliers de touristes traversent Whitehorse pour se rendre en Alaska, ce qui fournit aux entreprises locales un revenu saisonnier régulier. L’industrie du tourisme favorise aussi le tourisme hivernal en faisant la promotion d’événements comme le festival Sourdough Rendezvous et la Course internationale d’attelages de chiens Yukon Quest sur 1 000 milles.

Transport

L’achèvement de la route de l’Alaska et l’expansion subséquente du réseau routier provoquent la mort des bateaux à vapeur et empêchent la réouverture du chemin de fer White Pass and Yukon Route. Whitehorse sert maintenant de plaque tournante des services de transport à travers le Yukon. Presque tous les camions à destination de l’Alaska, du Yukon rural et d’Inuvik, dans les Territoires-du-Nord-Ouest, passent par Whitehorse pour s’y rendre.

L’Aéroport international Erik Nielsen de Whitehorse est l’aéroport le plus grand au Yukon. Il accueille les vols réguliers d’Air Canada et d’Air North et les vols saisonniers de WestJet et de Condor Air.

Communication

En 1958, Canadian National Telecommunications acquiert Whitehorse Telephone Exchange et, en 1979, Whitehorse devient le siège d’une filiale téléphonique importante du Nord appelée Northwestel. Par la suite, en 1988, la compagnie est vendue aux Entreprises Bell Canada, la société mère de Bell Canada. Northwestel devient alors l’acteur dominant des communications dans le nord du Canada.

Deux journaux locaux importants sont imprimés à Whitehorse : The Whitehorse Star et le Yukon News.

Gouvernement et politique

Whitehorse constitue le centre administratif du Yukon. La ville possède le plus grand hôpital du territoire, le centre juridique Andrew A. Philipsen, le campus principal du Collège du Yukon et les bureaux de quatre ordres de gouvernement. Les nombreux fonctionnaires fédéraux du Yukon travaillent dans l’édifice Elijah Smith, tandis que la plupart des fonctionnaires territoriaux occupent l’édifice administratif du Gouvernement du Yukon à côté du parc Rotary Peace. Le Conseil des Premières Nations du Yukon, qui représente la majorité des Premières Nations du Yukon et leurs gouvernements, est situé au centre-ville de Whitehorse, non loin du centre culturel Kwanlin Dun et de la bibliothèque municipale. Le conseil municipal de Whitehorse consiste en un maire et six conseillers élus pour un mandat de trois ans.

Vie culturelle

Whitehorse a une culture récréative et sportive dynamique qui favorise et commandite des événements d’échelle internationale, nationale et locale. Au niveau international, Whitehorse et Fairbanks, en Alaska, sont cocommanditaires de la Course internationale d’attelages de chiens Yukon Quest sur 1 000 milles (1 600 kilomètres), considérée comme étant la course non motorisée la plus longue au monde. Whitehorse et Fairbanks assument en alternance la ligne de départ et de fin pour cet événement épuisant qui se tient chaque année depuis 1984. La ville sert aussi de point de départ pour la course de canot et de kayak annuelle la plus longue au monde : la Yukon River Quest. Cette course débute dans le secteur riverain de Whitehorse et termine 715 km en aval, à Dawson City. Cet événement, qui a lieu chaque année depuis 1999, attire de façon régulière des participants de partout en Amérique du Nord. En 2015, en tout, 58 équipes venant de 12 pays ont participé.

Au niveau national, Whitehorse est la première capitale territoriale à accueillir les Jeux d’hiver du Canada, en 2007. Elle accueille aussi les Jeux d’hiver de l’Arctique six fois après leur lancement en 1970.

Au niveau local, la ville commandite le festival Sourdough Rendezvous chaque hiver depuis 1962. Ce festival d’une semaine présente une variété de sports et d’activités, y compris l’ensachage de farine (une compétition où il les participants doivent transporter de lourds sacs de farine sur le dos, autant et aussi loin qu’ils le peuvent) et des courses de traîneaux à chiens, sans oublier les spectacles de violon.