Enfance et éducation

Le parcours politique de Rosemary Brown est doublement singulier puisqu'elle a été la première femme noire à être élue députée à une assemblée législative provinciale et la première femme à se porter candidate à la direction d'un parti fédéral. Rosemary Brown est née en Jamaïque, dans une famille qui s'intéressait beaucoup à la politique et elle a immigré au Canada en 1951 pour poursuivre ses études universitaires en travail social, d'abord à l'Université McGill, ensuite à l'Université de la Colombie-Britannique. Jeune étudiante, elle est directement confrontée au sexisme et au racisme quand elle dépose une demande de logement ou d'emploi d'été ou quand elle souhaite tout simplement s'intégrer à la vie universitaire.

Activisme

Après l'obtention de son diplôme, Rosemary Brown s'intéresse aux activités de deux groupes sociaux qui vont influencer sa pensée politique : la British Columbia Association for the Advancement of Coloured People et Voice of Women. Elle prend part aussi au travail de la Société d'aide à l'enfance, œuvre au sein du programme d'aide psychologique de l'Université Simon Fraser et participe fréquemment à la série télévisée diffusée à l'échelle nationale, People in Conflict. Dans les remous des années 1960, à une époque où les rôles attribués traditionnellement aux gens de couleur et aux femmes étaient remis en cause dans le monde politique canadien, Rosemary Brown redéfinit sa vocation de militante politique qui lutte contre le sexisme et le racisme. Femme et noire, Rosemary Brown est la mieux placée pour se faire le porte-parole de ces deux groupes. Profondément sensible aux enjeux qui touchent les femmes et les Noirs, elle fonde le Vancouver Status of Women Council (VSWC) et en devient l'ombudsman. (Voir aussi, Le Conseil du statut de la femme.)

Exploits politiques

En 1972, encouragée par ses collègues du VSWC, Rosemary fait son entrée en politique provinciale en se portant candidate pour le Nouveau Parti démocratique (NPD). Le 30 août, elle est élue dans la circonscription de Vancouver-Burrard et elle devient la première femme noire à siéger à l'Assemblée législative de Colombie-Britannique. Elle y siègera pendant 14 ans au cours desquels elle créera un comité chargé d'éliminer le sexisme des manuels et des programmes scolaires de la Colombie-Britannique et jouera un rôle essentiel dans la mise en place de la Berger Commission on the Family. Parallèlement à toutes ces activités, elle se lance, en 1975, dans la course à la direction du NPD. Avec son slogan « Brown is beautiful », elle fait tomber les barrières raciales dans l'arène politique quand elle termine deuxième, tout juste derrière Ed Broadbent, mais devançant de loin trois autres candidats.

Après la vie politique

Rosemary Brown quitte la vie politique en 1988 et se tourne vers le militantisme international. Elle devient directrice administrative du Centre international MATCH, un groupe de soutien aux femmes. Elle occupera ces fonctions pendant trois ans. Son travail au Centre MATCH la passionne et elle ne recule pas devant les fréquents déplacements qu'elle doit effectuer pour prononcer des allocutions. Son travail lui donne l'occasion de recueillir des dons qui serviront à financer des projets à l'étranger dont le but est de promouvoir l'avancement politique, économique et social des femmes dans les pays en voie de développement. En 1993, Rosemary Brown est nommée commissaire en chef de la Commission ontarienne des droits de la personne, un poste qu'elle occupera jusqu'en 1996, parallèlement à ses fonctions au sein du Centre MATCH. (Voir aussi La Commission canadienne des droits de la personne.)

Prix et distinctions

En reconnaissance d'une vie exceptionnelle dévouée au service public, Rosemary Brown a reçu de nombreuses distinctions nationales et internationales, y compris une quinzaine de doctorats honorifiques décernés par des universités canadiennes, l'Ordre de la Colombie-Britannique (1995), l'Ordre du Canada (Officier, 1996) et une bourse de perfectionnement des Nations Unies en matière des droits de la personne. Rosemary Brown a raconté sa vie consacrée à faire tomber les barrières traditionnelles s'élevant contre les femmes et les Noirs au Canada dans son autobiographie, Being Brown : A Very Public Life. Le 2 février 2009, la Société canadienne des postes a émis un timbre commémoratif qui rend hommage à Brown. Sur le timbre, Rosemary Brown se tient debout devant l’édifice de l’assemblée législative de la Colombie-Britannique.