Austin Chesterfield Clarke, romancier, nouvelliste et journaliste (né le 26 juillet 1934 à St. James, Barbade; décédé le 26 juin 2016 à Toronto, ON). Clarke vient au Canada en 1955 pour y étudier à l'Université de Toronto, mais il se met bientôt à travailler dans des domaines variés, dont l'écriture journalistique. Au fil du temps, il se tourne de plus en plus vers la fiction dont la matière lui est d'abord fournie par ses rencontres avec des immigrants antillais, sa propre expérience de Noir établi au Canada et sa connaissance de la société coloniale et postcoloniale de la Barbade. Le premier roman qu'il publie, The Survivors of the Crossing (1964), traite de la vie des Noirs dans une plantation de la Barbade et est rapidement suivi d'Amongst Thistles and Thorns (1965), qui s'intéresse aussi au paysan antillais et tente de lui rendre « sa véritable personnalité d'origine ». Ensuite vient sa trilogie - The Meeting Point (1967), Storm of Fortune (1973) et The Bigger Light (1975) - dont l'action se déroule à Toronto et qui est la première œuvre de fiction qui traite de façon détaillée de la complexité de la vie des immigrants antillais noirs au Canada et des ambiguïtés auxquelles ils doivent faire face. Par ailleurs, Clarke publie aussi des nouvelles, son premier recueil étant intitulé When He Was Free and Young and He Used to Wear Silks (1971). Cette œuvre paraît peu de temps après le début d'une série d'engagements en tant que chargé de cours invité dans des institutions telles que l'Université de Yale (1968-1970), l'Université Duke (1971-1972) et l'Université du Texas (1973), lesquels engagements permettent à Clarke d'interagir avec des intellectuels, des artistes et des militants noirs américains, ce qui accroît son intérêt pour l'expérience noire en Amérique du Nord, en particulier pour des thèmes comme la marginalisation des Noirs, l'« émasculation » des hommes noirs et l'enjeu de l'identité noire.

Après avoir mis en veilleuse sa carrière d'écrivain pendant quelque temps, en 1973 en raison de sa nomination comme attaché culturel de la Barbade à Washington, puis en 1975, parce qu'il occupe le poste de directeur général intérimaire de la Caribbean Broadcasting Corporation à la Barbade, il revient à l'écriture pour raconter les expériences de son plus récent séjour dans l'île dans le roman The Prime Minister (1977) qui traite de la faillite morale des politiciens et des chefs politiques dans la Barbade néocoloniale. Clarke poursuit son œuvre de 1979 à 1982 avec une longue série d'articles parus dans le journal barbadien The Nation sur divers aspects de la vie insulaire. Puis il publie une brillante autobiographie, Growing up Stupid under the Union Jack (1980), une satire des principales institutions de la Barbade de sa jeunesse. Le livre lui vaut le prix littéraire Casa de las Américas en 1980. Il est suivi de deux recueils de nouvelles - When Women Rule (1985) et Nine Men Who Laughed (1986) - qui traitent surtout des immigrants noirs, et du roman Proud Empire (1986) qui explore à nouveau la vie dans la société barbadienne néocoloniale. Sa carrière d'écrivain s'interrompt brièvement en 1988 lorsqu'il est nommé à la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada. Cependant, lorsqu'il se remet à l'écriture en 1992, ses intérêts journalistiques refont surface dans Public Enemies : Police Violence and Black Youth (1992) et In This City (1992), deux tracts sur la question raciale rédigés en mettant une certaine dose de modération et d'équilibre dans ses points de vue. Il écrit aussi A Passage Back Home : A Personal Reminiscence of Samuel Selvon (1994). Néanmoins, son travail le plus marquant du début des années 1990 demeure un autre recueil de nouvelles, There Are No Elders (1993).

Ces dernières années, la carrière de Clarke connaît un nouveau rebond. Il publie The Origine of Waves (1997) qui lui vaut en 1998 le Rogers Communication Writers' Trust Prize, et un autre roman, The Question (1999). En cette même année, il est à nouveau honoré pour son œuvre. Cette fois, il reçoit le WO Mitchell Prize. Clarke se lance aussi dans un autre genre comme en témoigne Pigtails n' Breadfruit : The Rituals of Slave Food, a Barbadian Memoir (1999), qui marie adroitement recettes locales et commentaires politiques, sociaux et historiques, et Love and Sweet Food : A Culinary Memoir (2004). Il publie aussi à nouveau certaines de ses histoires dans un nouveau recueil, Choosing the Coffin : the Best Stories of Austin Clarke (2004). Il atteint toutefois le summum de sa carrière avec la publication de son récit « joycien », The Polished Hoe (2002), pour lequel il reçoit le prestigieux Prix Giller pour une œuvre de fiction (2002), le 16e Prix Trillium, le Commonwealth Writers Best Book Award - Canada et Caraïbes (2003) et le Commonwealth Writers Award pour le meilleur livre.