Les Falcons de Winnipeg étaient une équipe de hockey du début du XXe siècle composée presque exclusivement de joueurs d’origine islandaise.En 1920, ils gagnent la médaille d’or olympique à Anvers, en Belgique, lors du premier tournoi olympique de hockey.Bien que certaines sources mentionnent les Granites de Toronto comme étant la première équipe olympique de hockey canadienne à avoir remporté l’or (lors des Jeux olympiques d'hiver de 1924), Hockey Canada et le Temple de la renommée olympique du Canada reconnaissent aujourd’hui que les Falcons ont bien été les premiers Canadiens (et la toute première équipe) à décrocher une médaille d’or olympique dans cette discipline.En plus des hommages qui accompagnèrent la toute première médaille d’or olympique de hockey, le triomphe des Falcons de Winnipeg en 1920 est celui de la persévérance sur l’adversité. Elle est aussi celle des défavorisés sur les dominants.

Naissance des Falcons

Au tout début, le Falcons Hockey Club naît de la fusion de deux équipes rivales du Manitoba composées presque exclusivement de joueurs d’origine islandaise. Ces joueurs adorent leur sport mais étant issus de l’immigration, ils sont victimes de discrimination et ne peuvent intégrer les équipes des principales ligues de hockey de la région de Winnipeg.

À la fin des années 1890, les Vikings et l’Icelandic Athletic Club organisent leurs propres rencontres et deviennent des rivaux acharnés lors des compétitions de hockey (et dans d’autres sports).L’attrition des effectifs au sein du club provoque néanmoins un refroidissement de cette rivalité et motive une fusion des deux parties pour former les Falcons, aux alentours de 1910.

Les Falcons se joignent alors aux Monarchs, aux Winnipegs à des équipes de Kenora et de Brandon pour former l’Independent Hockey League, une ligue du niveau intermédiaire.Les premiers succès furent difficiles à obtenir mais lors de la saison 1912–1913, deux joueurs qui allaient devenir des héros olympiques, Konnie Johannesson et Frank Fredrickson, font partie des jeunes recrues du club.

L’équipe progresse au point de remporter le titre de la ligue indépendante en 1915 et de réaliser finalement son objectif de longue date — intégrer les ligues urbaines — lorsqu’elle est admise dans la section B de la Winnipeg Senior League.

De nombreux joueurs issus des ligues locales, notamment les Falcons, servent sous le drapeau de leur pays durant la Première Guerre mondiale.Le conflit engendre bien des peines au sein des familles touchées.Deux joueurs des Falcons perdent ainsi la vie pour leur pays :Frank « Buster » Thorsteinson et George Cumbers. (Voir aussi : Frank Thorsteinson et les Falcons de Winnipeg durant la guerre.)

Une équipe qui gagne

Une fois la guerre terminée, l’équipe des Falcons est remise sur pied. Johannesson, Fredrickson, Bobby Benson, le gardien Wally Byron, l’entraîneur Gordon Sigurjonsson et le président Hebbie Axford font partie des membres de l’équipe revenus au pays après avoir servi outre-mer.Durant la saison 1919–1920, l’équipe est acceptée au sein de la ligue de hockey senior de Winnipeg, dans une division où figurent également Selkirk et Brandon.

Cette saison-là, l’équipe parvient à se concentrer sur la compétition et sous la supervision du directeur sportif Fred « Steamer » Maxwell, elle devient championne de la ligue du Manitoba après une bataille légendaire contre les Selkirk Fishermen.Le championnat est remporté 11-6, le second match restant un classique se finissant par une double prolongation dans la vieille patinoire Amphitheatre. Les Falcons menés 5 à 1 reviennent au score pour finalement l’emporter 6 à 5 grâce à un but de Slim Halderson durant la période supplémentaire à but unique.

Les Falcons dominent ensuite les Fort William Maple Leafs et remportent ainsi le championnat de la ligue de hockey de l’Ouest.Lors d’une rencontre étonnamment facile, ils battent le favori, le club de l’University of Toronto, sur un score de 11 à 5 lors d’une série en deux matchs et remportent ainsi la coupe Allan. Ils se qualifient alors comme étant l’équipe olympique canadienne de hockey pour les jeux d’Antwerp, en Belgique.

Les Jeux olympiques de 1920

À la fin du mois d’avril 1920, les Falcons sont les grands favoris et ils ne décevront pas puisqu’ils totalisent 29 buts marqués contre seulement 1 encaissé lorsqu’ils parviennent à la médaille d’or.Ils ont ainsi battu la Tchécoslovaquie 15 à 0, les États-Unis 2 à 0 après un match difficile et la Suède 12 à 1 lors d’un match qui concluait ce tournoi par élimination successive.Pour démontrer leur esprit sportif, les Falcons donnent leurs bâtons de hockey aux membres de l’équipe suédoise en guise de souvenir.

Ces victoires et la médaille d’or qui les couronne ont été reçues comme des événements nationaux d’envergure si l’on en croit les quotidiens qui s’en sont fait l’écho.Le Globe, de Toronto, a par exemple fait sa Une non seulement sur la victoire olympique mais aussi sur les succès antérieurs des Falcons dans le cadre du championnat de la ligue de hockey de l’Ouest et de la coupe Allan.Un journaliste du Globe a comparé leur performance olympique à la « bravoure des troupes canadiennes sur le sol belge lors de la défense d’Ypres durant la Grande Guerre » (27 avril 1920).Lorsque la victoire est annoncée dans la Chambre des communes, « tous les députés » réagissent en « applaudissant avec enthousiasme » (Globe, 27 avril 1920).Le 17 mai, l’équipe reçoit un « accueil vibrant et chaleureux » de la part des représentants du gouvernement, de plusieurs dignitaires et d’une foule comptant au moins 2 000 personnes à Toronto, une des étapes de leur périple les ramenant chez eux (Globe, 17 et 18 mai 1920).

Lors de l’arrivée de l’équipe à Winnipeg en mai, le Manitoba Free Press note la présence d’une parade de plus de 200 voitures, de camions et de voitures à chevaux s’étalant sur plus d’un mile dans la ville. La municipalité proclame alors une demi-journée de vacance pour célébrer le retour des champions.Le 22 mai 1920, un banquet civil est organisé en leur honneur à l’hôtel Fort Garry. Une foule y participe et la Ville profite de l’occasion pour offrir à chaque joueur une montre en or.

L’édition du Manitoba Free Press du 25 mai 1920 mentionne également que C.C. Robinson, mandataire de la coupe Allan pour l’Ouest, a porté un toast en l’honneur des Falcons et de leur rapide accès à la suprématie.L’article relate que Robinson aurait déclaré que lui et d’autres « magnats du hockey » doivent « s’excuser pour l’indifférence dont ils ont d’abord fait preuve à l’égard des Falcons, [que] cette merveilleuse équipe avait placé Winnipeg à la tête de toutes les autres villes du Canada et [qu’]elle avait aidé à faire connaître le Canada à l’étranger ».

L’article mentionne également que les Islandais vivant à Winnipeg étaient extrêmement fiers de la réussite des Falcons, faisant remarquer que les parents de presque tous les joueurs étaient arrivés d’Islande pour s’installer dans la région au cours des 45 dernières années et que les « champions de la septième olympiade » étaient tous nés à Winnipeg ou dans ses environs.Selon l’article, les membres de l’équipe ont déclaré à leurs supporteurs qu’après la victoire elle-même, c’est la réception que leur ont réservée les résidents de Winnipeg qui leur a fait ressentir leur plus grande fierté.

Après cette année de rêve, les Falcons sont très demandés par les équipes professionnelles d’un bout à l’autre du pays.L’équipe junior du club, les Junior Falcons, s’arroge la coupe Memorial l’année suivante (1921). Avec le temps, les victoires et les anecdotes s’effacèrent progressivement de la mémoire collective, les joueurs passant à autre chose et tous finissant par décéder au bout d’un certain temps.

À la mémoire des Falcons

Peu de Canadiens avaient entendu parler ou se souvenaient de la victoire des Falcons au Jeux olympiques de 1920 avant que Hockey Canada décide de célébrer le patrimoine olympique du hockey au Canada lors des Jeux de Salt Lake City en 2002.

L’idée est bonne, sauf que Hockey Canada décide d’honorer la victoire des Granites de Toronto comme étant la première médaille d’or olympique canadienne.À l’époque, la perception commune est en effet que la médaille d’or remportée par les Falcons ne compte pas vraiment puisque lors des Jeux olympiques de 1920, le hockey n’est considéré par plusieurs que comme un sport de démonstration.Cette conception erronée provient peut-être du fait qu’il a fallu attendre 1924 pour voir se tenir les premiers Jeux olympiques d'hiver.Nombreux sont ceux qui ont donc supposé que le tournoi de hockey de 1920 ne mettait en scène qu’un sport de démonstration.Des événements officiels de patinage artistique et de hockey figuraient pourtant aux Jeux olympiques d'été de 1920.

Tandis que Hockey Canada considérait que le tournoi de 1920 ne faisait pas parti du programme olympique officiel, d’autres s’afféraient pour commémorer la victoire des Falcons, notamment le comité Falcons Forever dont l’objectif est de redécouvrir, célébrer et diffuser l’histoire de l’équipe.De son côté, le fils de Konnie Johannesson, Brian, programmeur et concepteur, crée en 1999 le site Web très bien documenté www.winnipegfalcons.com.

Ces efforts, combinés aux voix qui s’élèvent publiquement parmi ceux qui connaissent l’histoire des Falcons, ont finalement convaincu Hockey Canada qu’il y avait effectivement erreur.

« Je me souviens d’une dame à Gimli [Manitoba] qui s’est vraiment fâchée à ce propos, [et] qui a dit à tout le monde [que] ce qui se passait n’avait aucun sens et qu’ils feraient bien de rectifier le tir », raconte Dan Johnson du comité Falcons Forever.« Je pense que Hockey Canada a été surpris par l’ampleur de la réaction mais ils se sont ressaisis rapidement et ont fait les ajustements nécessaires.Les Falcons sont ainsi revenus sous les projecteurs. Une excellente nouvelle après avoir été ignorés si longtemps. »

Johannesson loue les représentants de Hockey Canada pour avoir réagi rapidement.« Bob Nicholson [qui était alors président de Hockey Canada] a été extrêmement coopératif.Il a répondu très amicalement aux quelques courriels que je lui ai envoyés.il Il a compris que quelqu’un avait fait une erreur et il allait la corriger ».

Plusieurs organismes autres que Hockey Canada ont reconnu la victoire des Falcons.Les Falcons ont été intronisés au Temple de la renommée olympique du Canada en 2006 et une nouvelle exposition en l’honneur des médaillés d’or de 1920 est installée dans le hall principal du MTS Centre à Winnipeg, l’arène des Winnipeg Jets de la LNH.Le Temple de la renommée du hockey, le sanctuaire de ce sport dans le centre-ville de Toronto, a également mis à jour la présence des Falcons, passant d’une petite photo de l’équipe de 8 sur 10 pouces à une exposition plus conséquente qui inclut le maillot actuel de Konnie Johannesson, sa médaille d’or et une paire de ses patins.

« Il y a toujours eu beaucoup de discussions sur le fait que nous devrions exposer quelque chose sur les Falcons [dans] le musée de Gimli, explique Brian Johannesson.Mais selon moi, ils rassemblent 1 000 personnes par an tandis que le Temple de la renommée du hockey en attire plus de 1 000 par jour. C’est pourquoi j’ai exposé le maillot dans le Temple de la renommée du hockey à Toronto ».

Héros canadiens d’origine islandaise

« Notre histoire n’est pas très bien connue — très peu de chose au sujet de ces joueurs et ce qu’ils ont dû faire pour réaliser ce qu’ils ont fait », explique Dan Johnson, membre de longue date du comité Falcons Forever.Johnson est né au sein de la communauté islandaise de Gimli, au Manitoba, et il a ensuite vécu à Winnipeg.

« Ce n’était pas facile pour eux, continue Johnson.Mais on ressent…une fierté énorme en lisant leur histoire.Comme de nombreux groupes d’immigrants, leur langue, leur culture et leurs activités faisaient partie de leur sphère privée.Mais un de leurs principaux objectifs était d’être Canadiens ».

Note :Dan Johnson et Brian Johannesson ont été interviewés par l’auteur en 2012.


Composition de l’équipe olympique

Hebbie Axford

Président du club

Bill Fridfinnson

Secrétaire et trésorier du club

Fred « Steamer » Maxwell

Directeur sportif

Gordon Sigurjonsson

Entraîneur

W.A. Hewitt

Directeur de l’équipe olympique

Bobby Benson

Défenseur gauche

Wally Byron

Gardien

Frank Fredrickson

Centre

Chris Fridfinnson

Rover remplaçant

Mike Goodman

Ailier gauche

Hallie « Slim » Halderson

Ailier droit

Konnie Johannesson

Défenseur droit

Allan « Huck » Woodman

Attaquant remplaçant