Le SAUMON de l'Atlantique (Salmo salar) est probablement le représentant le plus connu de la famille des Salmonidés. On le rencontre des deux côtés de l'océan Atlantique. Au Canada, on le trouve dans quelque 300 rivières, depuis la baie d'Ungava vers la côte du Labrador et le Québec jusque dans les Maritimes, notamment dans les rivières RESTIGOUCHE et MIRAMICHI (Nouveau-Brunswick), les rivières HUMBER et GANDER (Terre-Neuve), les rivières Matane et Bonaventure (Québec) et les rivières Eagle et Forteau (Labrador). Jusqu'à la fin des années 1800, il est abondant dans le lac Ontario, mais son nombre diminue parce que les barrages construits pour fournir de l'énergie hydraulique aux moulins à scie l'empêchent d'accéder à ses sites de fraie. On trouve encore des populations d'eau douce dans les lacs de l'Est du Canada.

Description

Le Saumon de l'Atlantique a un profil hydrodynamique, des nageoires à rayons mous et une nageoire adipeuse. Certains individus peuvent atteindre un poids de plus de 27 kg, mais les poissons de plus de 13,5 kg sont rares. Les saumons pêchés commercialement pèsent en moyenne 4,5 kg.

Reproduction

Le Saumon de l'Atlantique est réputé pour les sauts qu'il effectue afin de remonter les chutes en route vers ses frayères. Un pourcentage très élevé de saumons retournent à leur cours d'eau natal pour frayer. La fraie a lieu à l'automne et les gros oeufs passent l'hiver en rivière enfouis dans le gravier. Les jeunes qu'on nomme tacons passent d'un à trois ans en rivière avant de se transformer en saumoneaux pour entreprendre leur descente vers la mer. Les saumons qui retournent à leur rivière après un an passé en mer sont appelés madeleineaux et ils pèsent environ 2,2 kg. Ceux qui reviennent après deux ans en mer, les dibermarins, peuvent peser entre 4,5 et 6,7 kg. Les Saumons de l'Atlantique ne meurent pas tous après la fraie et certains se reproduisent plus d'une fois. En 1995, on entreprend un programme de surveillance électronique des jeunes saumons afin de mieux comprendre pourquoi cette espèce disparaît mystérieusement depuis quelques années. Certains scientifiques croient que le refroidissement des eaux de l'Atlantique Nord peut en être la cause. Voir aussi TRUITE.